Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tensions dans la cité Roguet de Toulouse : des demandeurs d'asile installés aux pieds des immeubles

mercredi 4 juillet 2018 à 19:02 Par Kevin Boderau, France Bleu Occitanie et France Bleu

Depuis la fin de la trêve hivernale, une soixantaine de demandeurs d'asile, pour la plupart originaire d'Albanie, se sont installés dans des tentes dans les coursives des bâtiments. Si certains habitants leur viennent en aide, d'autres leur lancent des projectiles depuis les balcons.

une vingtaine de familles avec des enfants vivent dans des conditions très précaires aux pieds des immeubles
une vingtaine de familles avec des enfants vivent dans des conditions très précaires aux pieds des immeubles © Radio France - Kevin Boderau

Toulouse, France

La situation s'aggrave depuis trois mois. Depuis la fin de la trêve hivernale, des familles originaires d'Albanie afflux dans la cité du Roguet dans le quartier Saint-Cyprien à Toulouse. Installés dans des tentes, à même le sol, ils vivent dans des conditions très précaires. En l'absence de prise en charge, des habitants de la cité se sont organisés en collectif pour les aider, mais avec certains résidents les tensions sont vives.

Des bouteilles, des déchets, jetés depuis les balcons

Marietta vit depuis plus de deux mois dans une tente avec son mari et ses deux enfants âgés de 2 ans et 5 ans. "Hier soir, un jeune handicapé a reçu une bouteille depuis un balcon" explique-t-elle. Quand ce ne sont pas des bouteilles, de la javel ou même des litières pour animaux ce sont des matelas qui tombent carrément du ciel. 

"Il y a toujours eu quelques tentes au pied des immeubles" explique Emilie une habitante, "et d'ailleurs il y a toujours eu de l'entraide dans ce quartier avec ces personnes en difficulté mais là, la situation est devenu critique, du coup cela crée beaucoup de tensions avec les demandeurs d'asile mais aussi avec les habitants qui tentent de les aider"

Je ne peux pas m'habituer à regarder les gens crever face à moi - Natalia, une habitante de la cité Roguet

Pour aider ces demandeurs d'asile en procédure accélérée, les habitants se sont organisés en collectif "Les habitants solidaires de la cité Roguet". Tous, comme Natalia, essaient de leur venir en aide : "Je leur fais la cuisine, je donne la douche aux enfants, je donne des couettes ou des Dolipranes quand ils sont malades".

Les services d'accueil saturés

Tous les jours, plusieurs familles tentent de trouver des places d’hébergements au 115. Mais les services d'accueil d'urgence ou les CADA (Centre d'Accueil des Demandeurs d'Asile) sont saturés. Dans la cité du Rouguet c'est donc un vrai sentiment d'abandon. "Il est urgent qu'on vienne nous aider" lance Emilie membre du collectif. "Le gestionnaire de la cité Roguet étant le Conseil Départemental il faut vraiment que les choses changent. N'attendons pas qu'il y ait un mort !".

Ce mercredi 4 juillet, la ville de Toulouse annonce que 48 personnes (dont 25 enfants) qui occupaient depuis 2017 des campements précaires dans le quartier des Izards rue Ernest Renan et Chemin de la Butte, se sont vus proposer une solution d'hébergement ou de relogement par les services de l'Etat et de la Mairie.