Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Tentative de défenestration et de noyade" : le frère de Yann Moix l'accuse d'avoir été "son bourreau"

-
Par , France Bleu, France Bleu Orléans

La polémique enfle autour du nouveau livre de Yann Moix "Orléans". Sorti mercredi, l'écrivain y accuse ses parents de maltraitance. Mais dans un texte paru samedi soir dans Le Parisien, son frère affirme que ces violences ont en réalité été infligées par Yann Moix.

Dans son livre "Orléans", Yann Moix accuse ses parents de violences.
Dans son livre "Orléans", Yann Moix accuse ses parents de violences. © Maxppp - Frédéric Dugit

"Mon frère, ce bourreau" : le titre de la lettre ouverte publiée ce samedi soir dans Le Parisien donne la chair de poule. Alexandre Moix y accuse son frère, l'écrivain Yann Moix, de lui avoir fait subir de graves sévices. Des violences que le lauréat du Prix Renaudot décrit lui comme étant celles infligées par leurs parents dans son roman "Orléans", paru mercredi dernier.

"Dans sa vie, mon frère n'a que deux obsessions : obtenir le Prix Goncourt et m'annihiler." - Alexandre Moix

Le roman "Orléans" au cœur de la polémique

Dans le roman "Orléans", Yann Moix affirme avoir été maltraité par ses parents. "Qui a lu l’œuvre publiée de Yann Moix sait déjà qu’il est prisonnier d’un passé qu’il vénère alors qu’il y fut lacéré, humilité, fracassé", écrit son éditeur, Grasset

Yann Moix, ancien chroniqueur dans l'émission "On n'est pas couché", y décrit des scènes de violences, ses parents l'auraient notamment forcé à manger ses propres excréments. "Elle luttait sans trêve contre l'idée de me noyer dans l'eau mousseuse du bain ou de m'étouffer sous l'oreiller de mon petit lit", écrit-il en parlant de sa mère. 

Son père nie les faits, son frère l'accuse

Son père, José Moix, réfute ces accusations : "Tout d'abord, je tiens à dire que notre fils n'a jamais été battu, a expliqué l'homme de 75 ans à La République du Centre. Il a dit que je lui tapais alors dessus à coups de fouet ou de fils électriques. Il a dit qu'il repartait le lendemain au collège le visage tuméfié et ensanglanté. Tout ça est totalement faux."

José Moix dit également avoir "acheté un appartement à Paris pour qu'il loge le temps de ses études, on a payé son loyer et ses charges jusqu'à au moins ses 30 ans". Il ne comprend pas les propos de son fils : "Prétendre cela relève de la psychiatrie, ce n'est pas possible !"

Et cet ancien kiné pointe en revanche les violences commises par Yann Moix sur son petit frère. Des violences que confirme Alexandre Moix : "J'ai subi 20 ans durant des sévices et des humiliations d'une rare violence de sa part".

"Je me souviens comme si c'était hier de ce jour, où, m'attrapant violemment la main, il me la coinça de toutes ses forces entre les persiennes métalliques de notre chambre et les referma sur mes phalanges." - Alexandre Moix

Le petit frère de l'écrivain énumère les différents traumatismes qu'il dit avoir subis : "Tentative de défenestration du premier étage et de noyade dans la cuvette des toilettes quand j'avais 2 ans, passages à tabac récurrents dès que nos parents s'absentaient, destruction systématique de mes nouveaux jouets, jeux, maquettes, matériel de sport, souillage et appropriation de mes livres".

Alexandre Moix achève sa lettre par ces mots : "Mes enfants, tous les enfants, méritent la vérité". 

Choix de la station

France Bleu