Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Terrorisme : le GIGN incognito dans les trains cet été

vendredi 6 juillet 2018 à 6:17 Par Camille Revel, France Bleu

Depuis ce jeudi, des militaires du GIGN voyagent en civil dans les trains en France, tout comme des membres de la Force d'intervention de la police nationale. L'objectif est de rassurer la population, et de faire face à la menace terroriste.

Des membres du GIGN se mêleront incognitos aux voyageurs dans les trains (photo d'illustration)
Des membres du GIGN se mêleront incognitos aux voyageurs dans les trains (photo d'illustration) © Maxppp - Vincent Isore

Votre voisin de train est peut-être un membre du GIGN : depuis ce jeudi, des militaires patrouillent incognito dans les rames, tout comme des membres de la Force d'intervention de la police nationale.  Ils voyagent sur tout le territoire, dans des trains choisis "de façon aléatoire ou de façon plus ciblée en fonction de la menace" précise la gendarmerie.   

L'opération s'appelle "Train Marshall". Elle s'inspire des "air marshalls", ces membres des forces de l'ordre qui circulent incognito dans les avions aux Etats-Unis et en France, avec un objectif :  être efficace face à la menace terroriste, mais aussi rassurer les populations.

Des militaires spécialement entraînés pour cette mission 

Ces hommes et ces femmes du GIGN sont au minimum deux par train, et se mélangent aux autres voyageurs, incognito.  Issus de l'unité d'élite de la gendarmerie, ils sont armés, équipés de radios, de gilets pare-balles discrets. Pas question pour eux d'intervenir sur des faits de petite ou de moyenne délinquance : ils doivent préserver leur couverture.  

Ces militaires se sont entraînés spécialement pour cette mission, ils ont étudié la configuration des trains, et suivi des cours d'analyses des comportement, pour déceler toute attitude suspecte.   L'élément déclencheur de cette opération, c'est l'attaque ratée du Thalys, le 21 août 2015 : ce jour là, l'intervention de voyageurs a permis d'éviter un carnage.

Selon le ministère de l'Intérieur, chaque jour de l'été, plus de 2.000 policiers et gendarmes seront mobilisés dans les trains desservant les zones les plus fréquentées et dans les gares.