Société

Terrorisme : l'Europe doit apprendre à vivre avec une menace permanente et multiforme

Par Anja Vogel, France Bleu jeudi 23 mars 2017 à 11:23

Un an jour pour jour après Bruxelles, Londres à nouveau frappée par le terrorisme
Un an jour pour jour après Bruxelles, Londres à nouveau frappée par le terrorisme © Maxppp - Maxppp

La menace terroriste est diffuse, sournoise, complexe. Les modes opératoires sont de plus en plus divers. Les revendications aussi. Mais l'objectif est toujours le même: semer la panique. D'où l'importance de ne pas y céder. Tout en renforçant la sécurité. Un défi que l'Europe s'efforce de relever.

Un an jour pour jour après les attentats de Bruxelles, qui avaient ensanglanté l'aéroport Zaventem ainsi qu'une station de métro proche des institutions européennes, c'est le quartier de Westminster à Londres qui a été la cible d'une attaque terroriste. L'attentat a fait quatre morts dont l'assaillant et une quarantaine de blessés. Au-delà de l'émotion et des messages de solidarité qui ont immédiatement afflué de toute l'Europe, c'est surtout la confirmation qu'il faut aujourd'hui apprendre à vivre avec cette menace, permanente, multiforme et complexe.

Impossible pour les Européens d'empêcher tous les attentats

Il y a bien sûr la menace djihadiste et la guerre engagée contre Daech. Le Royaume-Uni vient d'emboîter le pas aux Etats-Unis en interdisant les ordinateurs à bords des vols en provenance de pays arabes. Fait partie de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique, qui vient de mener de nouvelles frappes près de Rakka en Syrie: au moins 33 personnes ont été tuées dans un bombardement aérien sur une école hébergeant des populations déplacées. Il y a le contexte douloureux du Brexit. Le Parlement régional écossais s'apprêtait à voter pour un nouveau référendum d'indépendance lorsque l'attaque est intervenue. La députée travailliste Jo Cox a payé de sa vie son engagement en faveur de l'Union et des migrants, abattue par un néonazi. En Grèce, ce sont les anarchistes qui revendiquent aujourd'hui les colis piégés adressés au ministère des Finances allemand et au FMI à Paris.

Les Européens ne cessent de renforcer leurs mesures de sécurité

Les Européens améliorent la coopération entre services de renseignement, seule mesure véritablement efficace pour déjouer les attentats. En imposant désormais des contrôles systématiques aux frontières extérieures de l'Union pour cibler les combattants étrangers partis en Irak et en Syrie: entre 2000 et 2500 Européens y seraient encore. Le fait de voyager à l'étranger pour rejoindre un groupe terroriste, d'aider à préparer un attentat, ou d'en faire l'apologie doit être considéré comme un crime. L'Union vient par ailleurs de durcir le contrôle des armes à feu, en interdisant notamment certaines armes semi-automatiques et en augmentant leur traçabilité, pour empêcher au maximum les terroristes d'y accéder.

ECOUTER: la chronique Tous Européens