Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre
Dossier : Coronavirus Covid-19

Tests Covid-19 : en Creuse, le laboratoire d'Ajain est prêt

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Limousin

Alors que la France peine à répondre aux injonctions de l'OMS quant à un dépistage massif de la population, plusieurs laboratoires d'analyses vétérinaires font acte de candidature pour réaliser les tests PCR. Le laboratoire d'Ajain pourrait faire au moins 1000 tests par jour.

...
... © Maxppp - Sven Hoppe

Malgré les consignes de l’Organisation Mondiale de la Santé, la France est incapable de faire un dépistage massif de sa population sur le Covid-19. Le ministre de la santé Olivier Véran a beau se démener et dire qu'on peut faire "au dessus de 20000 tests par jour", il faudrait à ce rythme 10 ans (!) pour dépister tous les Français.

"Fin avril, on pourra faire 50000 tests / jour", selon Olivier Véran.

...
... © Maxppp - Alexandre MARCHI

Plusieurs laboratoires se sont positionnés pour faire des tests PCR (Polymerase Chain Reaction) après un prélèvement au niveau des muqueuses, mais pour l’instant le gouvernement leur refuse l'agrément.

Parmi les prétendants, il y a les laboratoires départementaux d’analyses vétérinaires, financés par les départements, et capables de réaliser "au moins 1000 tests / jour", selon Jean-Pierre Barreaud, le directeur du laboratoire d'Ajain, tout près de Guéret. "C'est notre cas", ajoute-t-il. "On a trois thermocycleurs. Si on tourne 24h/24, on peut faire bien plus de tests."

...
... © Maxppp - Alexandre MARCHI

L'accord du gouvernement attendu 

C'est ce que confirme Nicolas Simonnet, vice-président du conseil départemental de la Creuse. "On a aujourd'hui les technologies, elles sont maîtrisées, on a des moyens humains avec des gens compétents, formés, on a le matériel qu'il faut, il est moderne, il vient d'être renouvelé."

Ne manque plus que l'accord du gouvernement... et aussi les produits réactifs qui permettent de déterminer qui est malade et qui ne l'est pas. C'est sans doute le manque de ces réactifs qui constitue le frein principal à la campagne de dépistage massif.

"Il faudra acheter des réactifs en grande quantité", conclut Nicolas Simonnet. "Nous, on est prêts."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess