Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Soupçons de tests de grossesse illégaux sur des handballeuses : "inadmissible", réagit Alexandra Lacrabère

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Orléans, France Bleu, France Bleu Loire Océan

Le NLA, club de handball de Nantes, aurait procédé à des tests de grossesse illégaux sur ses joueuses en début de saison, sans leur consentement. L'internationale Alexandra Lacrabère, capitaine de Fleury-les-Aubrais, se dit indignée : "c'est un abus de confiance, c’est inadmissible". Le club dément.

Dans les locaux du club de handball féminin de Fleury-les-Aubrais (Loiret)
Dans les locaux du club de handball féminin de Fleury-les-Aubrais (Loiret) © Radio France - Antoine Denéchère

Le scandale agite le monde du handball féminin :  l'association des joueuses et joueurs professionnels de handball a révélé que des tests de grossesse avaient été réalisés dans un club français "sans le consentement des joueuses" à l'occasion de bilans biologiques de début de saison. La Ligue féminine de handball a, plus tard, confirmé qu'il s'agissait du club de Nantes, actuel troisième du championnat.   

Alexandra Lacrabère : "c'est inadmissible"

Cela a immédiatement provoqué des réactions d'indignation chez les joueuses et joueurs de handball. Interrogée par France Bleu Orléans, l'internationale Alexandra Lacrabère, capitaine des Panthères de Fleury-les-Aubrais, club qui évolue en Ligue féminine, comme Nantes : "je trouve ça inadmissible : nous mêmes femmes ne sommes pas respectées par ce choix-là [celui du club de Nantes]. C'est irrespectueux de la part des médecins qui ont fait ça, c'est un abus de confiance de la part du corps médical, c'est l'intimité qui est touchée" .

Moi, j'irais au procès contre le club et le médecin

Que ferait Alexandra Lacrabère si elle apprenait un jour qu'on avait effectué un tes de grossesse pour elle, sans son consentement ? "Je réagirais très mal, je pense que je mettrais le médecin et le club en procès, car c'est une atteinte à la vie privée, c'est inacceptable". La capitaine des Panthères ajoute : "femmes sportives de haut niveau, on a les mêmes droits que les autres femmes qui ne font pas de sport, je ne comprends même pas qu'un président de club et un médecin prennent ces responsabilités là !"

J'espère que les auteurs seront sanctionnés

Sur son profil Facebook, Alexandra Lacrabère ajoute : "je n'ai pas de mots à ce sujet... J'espère que les auteurs seront sanctionnés. À vous les présidents et médecins : vous n'avez pas tous les droits sur les femmes sportives."

Le président du club de handball féminin de Nantes se défend

Le président du club de Nantes confirme avoir effectué ces tests, mais explique à Ouest-France que les joueuses étaient au courant et que cela s'est fait dans le respect du secret médical et de la légalité : "je ne comprends pas le procès fait à mon club".

Plusieurs joueuses affirment que les tests ont été faits avec leur consentement 

Les tests de grossesse pratiqués dans le club de handball féminin de Nantes (D1) étaient légaux et n'ont pas été faits sans le consentement des joueuses, ont assuré plusieurs joueuses, ce vendredi après-midi, dont l'internationale Camille Ayglon-Saurina. "Rien n'a été fait de manière insidieuse, et c'était dans notre intérêt en tant que joueuses", assure-t-elle. Et la capitaine nantaise Léa Lignères défend le médecin du club : "c'est un super médecin et on veut le garder à nos côtés".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu