Société

A Thiviers, les dirigeants de l'abattoir partagés sur l'installation éventuelle de caméras

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord dimanche 16 octobre 2016 à 16:40

Dans l'abattoir de Thiviers
Dans l'abattoir de Thiviers © Radio France - Antoine Balandra

C'est une des préconisations d'une commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'abattage: installer des caméras dans les abattoirs français. 85% des Français sont pour selon un sondage IFOP. A l'abattoir de Thiviers, les responsables sont partagés

Faut-il vraiment mettre des caméras dans les abattoirs ? Selon un sondage IFOP publié le 10 octobre, 85% des Français sont favorables à l'installation de caméras de vidéosurveillance dans les abattoirs. La vidéo surveillance, c'est justement l'une des 65 mesures préconisées fin septembre par la commission d'enquête sur les conditions d'abattage.

Tout cela pour garantir le bien être animal et éviter les dérives. Dérives présumées dans certains abattoirs français régulièrement dénoncées par des associations de protection des animaux comme L214. Une nouvelle vidéo tournée dans un abattoir de Nouvelle Aquitaine avait d'ailleurs été mise en ligne fin septembre. Elle montrait des moutons abattus sans étourdissement.

Dans l'abattoir de Thiviers - Radio France
Dans l'abattoir de Thiviers © Radio France - Antoine Balandra

Pour Gérard Charollois, président de la convention vie et nature, une association écologiste, l'idée de caméras de vidéosurveillance dans les abattoirs est une bonne idée :

Gérard Charollois est pour les caméras

Déjà de nombreuses mesures de surveillance

A l'abattoir ARCADIE de Thiviers, qui abat près de 5000 bêtes chaque semaine (400 gros bovins/ 800 agneaux/ 200 veaux/ 3500 porcs), des mesures déjà très strictes sont mises en place pour éviter toute dérive : tout un dispositif est déjà en place pour éviter les dérives. Une dizaine d'employés de la direction des services vétérinaires surveillent le processus d'abattage. Trois salariés sont chargé de veiller à la protection du bien être animal.

Des mesures déjà importantes. Alors des caméras, pourquoi pas si la loi l'exige estime le directeur général d'Arcadie Sud Ouest Serge Fargeot, mais il se dit en fait très dubitatif et craint une mauvaise utilisation des images :

Serge Fargeot le patron d'Arcadie, pas très favorable aux caméras

Partager sur :