Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

VIDÉO - Thomas Pesquet atterrit dans l'univers du musée Grévin

jeudi 28 février 2019 à 17:59 Par Antoine Sabbagh, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu

Le spationaute normand a depuis la mi-février son double de cire à Paris. Une statue très ressemblante, au point que Thomas Pesquet se dit "bluffé". Il est le premier astronaute à faire son entrée au musée Grévin.

Si vous avez un doute, le "vrai" Thomas Pesquet est à gauche (photo transmise par le musée Grévin).
Si vous avez un doute, le "vrai" Thomas Pesquet est à gauche (photo transmise par le musée Grévin).

Dieppe, France

"C'est très bizarre de voir son jumeau, car c'est vraiment un jumeau", Thomas Pesquet n'en revenait pas le 11 février dernier lorsqu'il a découvert sa statue en cire qui, le lendemain, allait faire son entrée au musée Grévin. 

Le spationaute dieppois était bluffé par la ressemblance de son visage mais aussi par le réalisme de sa tenue "C'est vraiment  extrêmement ressemblant, le visage, la coupe de cheveux, la combinaison avec les patchs, les articulations. Ca a dû être un travail énorme", s'enthousiasme Thomas Pesquet, qui fait partie des 30 nouvelles personnalités que les visiteurs peuvent découvrir dans un musée Grévin entièrement rénové. Parmi elles, la journaliste Léa Salamé, l'actrice Brigitte Bardot ou l'écrivain Marcel Proust. 

Images : Pauline Maillet - Musée Grévin

Et effectivement réaliser ce double de cire nécessite un intense travail. Le choix a commencé par une élection il y a plusieurs mois. "Les personnalités contemporaines qui font leur entrée au musée sont élues par l'Académie Grévin qui est présidée par Stéphane Bern. Et ensuite nous l'avons contacté, il a évidemment accepté", raconte Véronique  Berecz, la responsable des relations extérieures du musée parisien.

Là, le plus délicat commence avec le moulage : "On s'est vus il y a un peu plus d'un an. Thomas Pesquet est venu pour un premier rendez-vous de 2 heures où l'on prend toutes les informations nécessaires pour fabriquer un double parfait : on prend beaucoup de photos, de la 3D, on regarde la couleur des yeux, de la peau, on détermine une pose. Et là le travail du sculpteur commence", poursuit Véronique Berecz.

D'abord le modelage du visage en pâte à modeler, ensuite un passage à l'atelier moulage et dans le moule du visage on coule de la cire d'abeille qu'on durcit et qu'on colore. "Et pour être le plus réaliste possible, on implante des cheveux naturels presque un à un, et on peint le visage avec de la peinture à l'huile pour donner toutes les couleurs de la vie"

Et au musée Grévin, Thomas Pesquet est totalement dans...son univers. Il est habillé d'une combinaison de spationaute très réaliste. "Elle vient d'une entreprise près de Toulouse, qui nous a été conseillée par la cité de l'Espace", conclut Véronique Berecz. Et derrière Thomas Pesquet, un fond qui représente l'espace. 

Plusieurs rendez-vous et des mois de travail pour le sculpteur Stéphane Barret - Aucun(e)
Plusieurs rendez-vous et des mois de travail pour le sculpteur Stéphane Barret - Musée Grévin

Plus vrai que nature donc pour les visiteurs qui sont nombreux, depuis la mi-février, à venir se prendre en photo devant le normand qui devrait très bientôt retourner dans l'espace puisque son nom a été proposé par l'Agence spatiale européenne (ESA).