Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tir de sangliers à l'arc à Montfavet : pourquoi des flèches et y-a-t-il des risques ?

-
Par , France Bleu Vaucluse

Comme chaque année, les sangliers approchent des habitations. Cette année, à Montfavet (Vaucluse), une association de chasseurs à l'arc a l'autorisation de les tuer jusqu'en février 2020. Une association de défense des animaux évoque des risques pour l'animal.

Quand les sangliers visitent la ville
Quand les sangliers visitent la ville © Radio France

Avignon, France

C'est habituel, les sangliers se rapprochent de plus en plus des habitations. Cette année, une association, ARC chasse, a été missionnée afin de les abattre, en utilisant des arcs et des flèches. 

Une technique douloureuse pour les animaux ?

Une technique bien plus discrète et plus sécurisante pour les humains, mais qui présente des risques accru de rater l'animal selon Catherine Aubert, qui a fondé le collectif des animaux d'Avignon : 

"Le sanglier ne meurt pas automatiquement, il peut faire des kilomètres avec une flèche et agoniser. C'est évidemment moins efficace que le fusil, d'autant que les chasseurs font ça de nuit, à partir de 20h, on ne peut pas vraiment bien viser." Catherine Aubert dit avoir trouvé un sanglier mort "probablement à des kilomètres de là où il avait été tiré", sans pouvoir le prouver. 

Une pétition a été publiée sur Internet pour stopper cette chasse, signée par plus de 750 personnes

"Dans ce secteur, la chasse avec des armes à feu est impossible." Christel Savelli, directrice de la Fédération de chasseurs du Vaucluse

Des reproches de cruauté que balaie d'un revers de la main la fédération des chasseurs de Vaucluse : "Les chasseurs sont aguerris, habitués et respectent le gibier, témoigne Christel Savelli, la directrice. C'est une chasse pratiqué à l'affût, le chasseur est posté. Donc il a le temps d'apprécier la distance à l'animal. Il n'y a donc pas plus de risques que l'on tire au feu ou l'arc." 

A la question de savoir pourquoi l'on tire à l'arc, et non au feu, la réponse fuse directement chez Christel Savelli : "L'arrêté de sécurité publique de Vaucluse interdit de faire usage d'armes à feu en poste fixe à moins de 50  mètres d'une route, ou de tirer à 100 mètres d'une habitation. Dans ce secteur, vue la densité du réseau routier, la chasse avec des armes à feu est impossible." 

Une éthique de chasse ?

Un autre sujet de discorde : le tir sur des famille de sangliers : "Les chasseurs doivent apprécier ce qu'ils tirent. On ne tue pas des laies meneuses avec des marcassins qui ne sauraient pas se débrouiller sans elle. Quand on leur enlève leur mère, ils font n'importe quoi. Les chasseurs savent quel gibier ils peuvent tirer."

Pour Catherine Aubert, cette règle n'est pas respectée : "Un bon chasseur a une éthique, là, apparemment, elle n'est pas respectée. On tire des petits, il n'y a déjà plus aucun adulte... Je le dis, on ne doit pas laisser des petits sans leurs parents. Ils n'ont peur de rien, ils se baladent sur les routes..."  

Les principaux concernés, les chasseurs de l'association ARC chasse n'ont pas souhaité répondre à nos questions.

Les chasseurs se postent en hauteur, comme ici, dans cet arbre. - Radio France
Les chasseurs se postent en hauteur, comme ici, dans cet arbre. © Radio France - Théophile Pedrola