Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tirs de prélèvements de loups : le gouvernement annonce le chiffre de 40

jeudi 20 juillet 2017 à 12:32 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur

Le gouvernement autorise pour la période 2017-2018 le prélèvement possible de 40 loups. Les éleveurs des Alpes-Maritimes ne sont "ni satisfaits, ni insatisfaits".

Loup du Parc Alpha (Photo d'illustration)
Loup du Parc Alpha (Photo d'illustration) © Maxppp - Frantz Bouton

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, ont donc fixé le nombre maximal de loups qui pourront être abattus sur la période 2017-2018. Ce nombre a été fixé à 40. C'est le même nombre que celui de la précédente période.

Pour être précis, sur la période 2016-2017, le plafond autorisé de tirs avait été de 36. Puis dans les dernières semaines, il était monté à 40. Pour la nouvelle saison on est donc sur les mêmes bases, ce qui fait dire à Jacques Courond, éleveur à Gourdon et président de la fédération Alpes-Maritimes ovine, qu'il "n'est ni satisfait, ni insatisfait". "

"Nous aurions préféré que ce chiffre soit de 49. Ce qui aurait été en adéquation avec les 22% d'augmentation d'animaux dans les montagnes."

Mais ce chiffre de 40 est plus complexe. En fait, le gouvernement établit "un seuil intermédiaire de 32 loups". Au-delà, ce ne sont plus des tirs dit de "prélèvement", mais des "tirs de de défense". Ils ne sont alors tolérés que "lorsque les loups sont en situation d'attaquer et l'éleveur en situation de défense de son troupeau".

Pas un quota, mais un plafond

Quant aux défenseurs du loup, ils continuent de dénoncer ces prélèvements et souhaitent qu'on parle de plafond et surtout pas de quotas. Pour eux, le chiffre de 40 loups est un seuil et pas une obligation de tuer.

Enfin il attendent beaucoup de l'étude que Nicolas Hulot veut mener dans les mois qui viennent afin de "mesurer l'efficacité de ces tirs" pour ensuite établir le prochain plan loup 2018-2022.