Société DOSSIER : Les Bonnes Ondes

À Tonnerre, une entreprise pas comme les autres... au collège

Par Kevin Dufreche, France Bleu Auxerre vendredi 17 février 2017 à 4:00

À droite, Amine, 15 ans, président de Porte-Sac Factory, s'entretient avec ses équipes, pour choisir le prototype du produit final
À droite, Amine, 15 ans, président de Porte-Sac Factory, s'entretient avec ses équipes, pour choisir le prototype du produit final © Radio France - Kevin Dufrêche

Pour la seconde année consécutive, 15 élèves en classe de troisième au collège Abel Minar de Tonnerre ont monté une mini-entreprise. Trois heures par semaine, ils se mettent en condition pour lancer leur produit d'ici la fin de l'année : un porte-sac à accrocher aux chaises.

Un logo, différents services, du marketing aux ressources humaines, en passant par la production, les relations clients ou le pôle financier, et même un PDG : Porte-Sac Factory est une vraie PME... à l'exception près qu'elle se trouve dans un collège !

Comme les grands

Et ce n'est pas que de la simulation. "Le produit, c'est un porte-sac, qu'on accrocherait au dossier des chaises pour que les élèves puissent y mettre leur sac, et qu'on circule plus facilement dans la classe", explique Amin, le PDG de Porte-Sac Factory, élu en début d'année par ses camarades. L'équipe de production présente ce matin là les différents prototypes d'accroches confectionnés par leurs soins à l'imprimante 3D dont dispose le collège Abel Minar.

Comme dans une vraie entreprise, on fait les fiches de paye. "On a une monnaie fictive, l'Abel Minar. Chaque mois, on fait une fausse fiche de paye, avec un faux-chèque", poursuit Amin. De réunions en réunions, de partenariats en recherche de subventions, les 15 élèves concernés par le projet travaillent chaque mardi durant trois heures non-stop sur le développement du projet.

Une autre façon d'aborder l'école

Le projet est aidé par l'association "Entreprendre pour apprendre," qui accompagne plusieurs dizaines de mini-entreprises comme celle d'Abel Minar dans la région. "Le rectorat de Dijon nous a également soutenu, souligne la principale Rachel Deschamps. La rectrice nous a accordé les heures nécessaires pour la mise en place de ce projet".

"On découvre des gamins qui développent des compétences que l'on ne voyait pas dans les cours classiques"

Rachel Deschamps, principale du collège Abel Minar

L'équipe de Porte-Sac Factory est accompagnée par deux professeurs, et un parrain, Guillaume Pianon, ancien pensionnaire d'Abel Minar, aujourd'hui dirigeant d'un cluster, un groupement d'entreprises qui travaille sur le bâtiment intelligent, sur l'ensemble de la région Bourgogne-Franche-Comté. Pour Régis Nugues, le professeur de technologie qui supervise le projet avec son collègue de sciences physiques, cette manière de travailler permet aux élèves, parfois en difficulté de s'émanciper : "pour certains élèves en décrochage scolaire, ce projet l'école beaucoup plus agréable".

Régis Nugues, professeur de techno : "ce projet accentue énormément le travail en équipe. Ils sont obligés de se débrouiller !"

Trouver sa place

"J'ai l'impression d'être resté dix minutes, alors que je suis resté toute l'après-midi", s'étonne Guillaume Pianon, le parrain. Il vient le plus possible pour les aiguiller, mais il estime lui aussi que donner de l'autonomie aux élèves est la pierre angulaire du projet : "les jeunes à partir du moment où on leur donne une place, ils se lâchent, ils sont riches d'idées et de dynamisme", se réjouit-il.

Guillaume Pianon, entrepreneur parrain de Porte-Sac Factory : "C'est une magie collective"

Estelle s'occupe du pôle ressources humaines : "je fais les fiches de présence pour les fiches de paye, je leur fais des rappels de ce qu'il y a à faire", s'enthousiasme-t-elle lorsqu'elle explique son travail. "Si je n'avais pas fait ça cette année, je me serai ennuyé je pense, poursuit-elle. Et puis pour l'orientation, c'est important", précise-t-elle. Elle envisage de poursuivre dans cette voie. Une réflexion qu'appuie Rachel Deschamps : "On a vu des élèves l'an passé partir finalement en seconde générale alors qu'ils n'y songeaient pas, parce qu'ils ont trouvé leur voie grâce à la mini-entreprise".

"Je sais que je sers à quelque chose ici"

Estelle, responsable RH de la mini-entreprise

Un concours régional en mai

Le 10 mai prochain, les jeunes entrepreneurs iront défendre leur projet à Dijon, dans le cadre d'un concours régional. Il faudra que tout soit prêt, pour réaliser une présentation parfaite au près du jury. "On espère l'emporter, pour ensuite aller au concours national", explique Amin, ambitieux pour son entreprise et son équipe. C'est en tous cas tout le mal qu'on leur souhaite.

Les bonnes ondes de France Bleu Auxerre du 17 février, avec "Porte-sac Factory", le reportage de Kevin Dufrêche à retrouver juste en-dessous :

  - Aucun(e)
-