Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Touchez pas la montagne" : les opposants à la déviation de la RN88 en Haute-Loire reçoivent du soutien

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Pays d'Auvergne

Les opposants à la déviation de la RN88, en Haute-Loire, viennent de se rassembler à nouveau au Pertuis. Pour redonner un souffle à la lutte après l'arrêté préfectoral autorisant le projet, les militants ont invité des citoyens qui se sont battus contre d'autres projets d'aménagement dans la région.

Environ 150 personnes se sont rassemblées pour dire non, à nouveau, à la déviation de la RN88 en Haute-Loire.
Environ 150 personnes se sont rassemblées pour dire non, à nouveau, à la déviation de la RN88 en Haute-Loire. © Radio France - Céline Autin

"La lutte paie" : c'est ce que sont venus dire plusieurs associations et membres de collectifs aux opposants à la déviation de la RN88 en Haute-Loire, ce samedi 19 décembre au Pertuis. A l'initiative du collectif Lutte des Sucs, ce deuxième rassemblement vise à remobiliser l'opposition, après la période de confinement, et à faire parler du mouvement au-delà des frontières du département.

Des recours en voie d'être déposés

Plus de cent cinquante personnes se sont déplacées, malgré le ciel gris et le temps froid, pour ce nouveau rassemblement contre la déviation de la RN88 après un premier en juin dernier. Au programme, des prises de parole pour faire le point sur la situation : un arrêté préfectoral qui autorise les travaux, mais exige en même temps de la Région qu'elle acquiert beaucoup plus de terres que prévus. "Il faut convaincre les agriculteurs de ne pas céder à la peur, explique Renaud Daumas, vice-président de France Nature Environnement 43. Ils exploitent les terrains, ils ont le droit de dire non."

Sur le plan légal, FNE 43 s'engage aussi à déposer deux recours aurpès du tribunal administratif dans les semaines à venir, d'ici la fin du mois de février. Une fois ces voies "légalistes" utilisées, alors seulement se posera la question d'une lutte pied à pied, sur le terrain. "Il faut que les pelleteuses trouvent des gens devant elle, s'il le faut", explique Renaud Daumas.

Des opposants victorieux à Roybon et l'A45 venus apporter témoignages et soutien

Mais le temps fort de ce rassemblement était celui des opposants à d'autres luttes dans la région. Tout d'abord, celle contre le projet de barrage Serre de la Fare, en Haute-Loire, dans les années 80, portés par ceux qui ont fini par devenir l'association SOS Loire Vivante. "Il faut avoir des utopies dans la vie, il ne faut pas lâcher le morceau ! On nous a appelé des énergumènes, et on a fini par gagner" témoigne l'un d'entre eux.

D'autres projets d'aménagement plus récents ont suscité l'opposition des citoyens dans la région, comme celui de l'autoroute A45. A la tribune, Marc, un agriculteur, rappelle les longues années de lutte nécessaire à l'abandon du projet de cette nouvelle autoroute entre Saint-Etienne et Lyon : "Le but c'était de défendre la terre. pas la nôtre, mais celle qu'on travaille pour l'alimentation, pour le bien commun et le futur de nos enfants. Ici, il faut défendre les terres aussi, les bois, nos paysages ... il faut défendre la Haute-Loire quoi !"

Pancarte affichée au Pertuis, par les opposants à la déviation de la RN88.
Pancarte affichée au Pertuis, par les opposants à la déviation de la RN88. © Radio France - Céline Autin

Maintenant à la retraite, ce Ligérien connaît bien la RN88 pour l'avoir souvent empruntée, afin d'aller vendre ses produits au Puy-en-Velay. "C'est d'une débilité, de vouloir faire une déviation pour gagner trois minutes et sacrifier 150 hectares de bonne terre", peste-t-il. Il est venu surtout pour encourager ses collègues agriculteurs de Haute-Loire : "Battez-vous ! Tout le monde vous soutiendra si vous vous battez pour votre terre." Un soutien très apprécié par les agriculteurs présents sur place et touchés par le projet : 28 au total, dont deux dont les terres seront sévèrement ampûtées.

Mélanie Charbonnier, femme d'agriculteur touché par le projet de déviation, soulagée de voir le soutien en place depuis six mois.

Est venu s'ajouter l'exemple de la lutte contre l'installation d'un Center Parcs, à Roybon (Isère), projet également abandonné. S'ils permettent de remotiver les opposants sur place, ces exemples et venues de militants d'autres départements visent à faire connaître l'opposition du Pertuis bien au-delà de la Haute-Loire. "Le but c'est faire en sorte qu'en France on nous entende. C'est le plus gros chantier autoroutier de France qui va se tenir ici. Il faut en parler pour donner envie à d'autres de nous rejoindre", explique Renaud Daumas pour la FNE 43.

Un deuxième rassemblement sous le signe des luttes victorieuses de la région.

La candidate EELV à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Fabienne Grébert, a fait le déplacement, ainsi que Myriam Laïdouni-Denis, conseillère régionale EELV et des élus d'opposition du Puy-en-Velay.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess