Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les caddies de supermarchés pullulent dans les rues de Toulon

mardi 29 août 2017 à 20:15 Par Claire-Lise Macé, France Bleu Provence et France Bleu

C'est un phénomène bien connu des Toulonnais : l'abandon de caddies de supermarchés dans les rues. Les chariots en plastique bleu et rouge du magasin Carrefour Mayol pullulent dans le centre-ville. Et cela pose de réels soucis au dirigeant du magasin.

Un caddie de supermarché abandonné à Toulon.
Un caddie de supermarché abandonné à Toulon. © Radio France - Christelle Marquès

Toulon, France

Au mois de mai dernier, le supermarché Carrefour-Mayol de Toulon a reçu une livraison de 650 nouveaux caddies. Et en seulement trois mois, une centaine s'est déjà évaporée dans la nature !

Enfin pas vraiment dans la nature... En fait, les caddies sont emportés par les clients et abandonnés dans les rues du centre-ville. Il n'est d'ailleurs pas rare d'en croiser un, laissé sur un trottoir ou dans une impasse.

En trois ans, le magasin a perdu près de la moitié de ses chariots à roulettes. "C'est un vrai préjudice pour nous, souligne Guillaume Navarin, le directeur du magasin."Chaque chariot coûte entre 150 et 200 euros pièce !".

Pas d'amélioration en vue

Le directeur a tout essayé pour éviter ces disparitions de caddies : "On a fait de la prévention pour expliquer aux gens qu'il fallait laisser les chariots dans la galerie marchande, on est passé de chariots en fer aux chariots en plastique, pour éviter le trafic de fer. et puis on a installé un système pour bloquer les roues à la sortie du magasin... Mais rien n'y fait", soupire-t-il.

Alors Guillaume Navarin a dû se résigner à embaucher deux personnes pour sillonner la ville et ramener les caddies au magasin. "Ils peuvent en ramener jusqu'à une dizaine par jour", s'indigne -t-il.