Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Toulouse : 97 nouveaux policiers et début de la police de sécurité du quotidien

jeudi 6 septembre 2018 à 6:05 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Après des années de baisses, les effectifs de la police nationale de Toulouse respirent. 97 nouveaux fonctionnaires arrivent cette semaine, dont 30 dans le cadre de la police de sécurité du quotidien au Mirail.

30 policiers sont déployés dans le quartier sensible du Mirail à Toulouse dans le cadre de la police de sécurité du quotidien.
30 policiers sont déployés dans le quartier sensible du Mirail à Toulouse dans le cadre de la police de sécurité du quotidien. © Radio France - Stéphanie Mora

Les effectifs de la police nationale se renforcent à Toulouse. 97 nouveaux fonctionnaires sont arrivés dans la ville cette semaine. Parmi eux 67 agents de terrains, les autres sont des agents administratifs, des officiers de polices, des experts de la police scientifique.

Une demande du maire de Toulouse

Ils viennent regonfler des effectifs en baisses depuis plusieurs années. Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, avait même tiré la sonnette d'alarme face au manque de policiers. Il avait également souhaité que la ville participe à l'expérimentation de la police de sécurité du quotidien dans l'espoir de voir de nouveaux agents arriver dans sa ville.

Il obtient donc gain de cause. Mais pour les syndicats de police, c'est insuffisant. Ils se félicitent de l'arrivée de nouveaux policiers mais il en manquerait encore entre 100 et 150. 

La nouvelle police de proximité

Parmi les 67 nouveaux policiers qui vont arpenter les rues de la ville, 30 font partis de la police de sécurité du quotidien. Elle est présentée comme la nouvelle police de proximité supprimée en 2003. "Plus proche du terrain, mieux intégrée dans le tissu social des quartiers et à même de traiter les problèmes de proximité", expliquait Emmanuel Macron lors de sa campagne. Ses objectifs sont de reconquérir les quartiers délaissés, lutter contre les trafics et la délinquance.

Selon les habitants du Mirail, recréer un lien avec la police va être long et difficile.  - Radio France
Selon les habitants du Mirail, recréer un lien avec la police va être long et difficile. © Radio France - Théo Caubel

À Toulouse, c'est le quartier du Mirail, lieu d'échauffourées au mois d'avril, qui expérimente cette nouvelle police. Du côté des habitants, on espère que ces nouveaux agents pourront faire évoluer la situation, mais on reste septique. "Ils ne doivent pas se montrer imposants. Ils doivent se montrer avec nous plutôt que contre nous. Si c'est comme ça, cela sera bénéfique pour le quartier et pour tout le monde", explique Soukeïna, une habitante du Mirail.

"Ça peut rapprocher la police et les habitants. Nous permettre de leur faire confiance de plus en plus à la place de se méfier d'eux et d'avoir peur." 

Selon Keira, une jeune fille du quartier, il faut que les policiers recréent du lien. "Nous la police, on la voit juste passer pour des courses poursuites avec les jeunes, avec la sirène." Mais pour Aïcha, mère de famille dans le quartier, cette police de proximité ne sera réellement utile que si les policiers modifient leurs comportements. "Il faut du respect. Contrôler un jeune 5/6 fois alors qu'il le connaît, si c'est avec de la provocation en plus, c'est normal que le jeune s'énerve.

En tout cas, tous le savent, il faudra du temps pour recréer du lien avec la police et apaiser les tensions dans le quartier.