Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Après le départ des squatteurs, Roland interpelle la mairie de Toulouse pour vendre sa maison

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Après le départ des squatteurs de sa maison avenue de Fronton à Toulouse, Roland en appelle maintenant à la mairie de Toulouse pour revendre son bien. L'octogénaire, marqué par toute cette histoire, veut tourner la page pour de bon et financer son départ dans un Ehpad du Tarn.

Très marqué par toute cette histoire, Roland veut maintenant tourner la page.
Très marqué par toute cette histoire, Roland veut maintenant tourner la page. © Radio France - Marius Delaunay

C'est une affaire à rebondissements qui trouvera peut-être rapidement son épilogue. C'est du moins l'espoir qu'entretient Roland, 88 ans. Le Toulousain, qui possède depuis maintenant 65 ans une maison avenue de Fronton, espère la vendre. Voilà déjà plus d'un an que le retraité cherche à trouver un acheteur. Une démarche forcément stoppée en route par l'arrivée de squatteurs à son domicile en septembre dernier. Installés durant des mois dans la maison sans que Roland puisse y accéder, l'affaire a pris une ampleur disproportionnée. Et ce sont des soutiens de l'octogénaire qui ont finalement délogé les squatteurs le 11 février au soir, sans aucune violence, au plus grand soulagement du retraité et de toute sa famille. 

Un appel à l'aide

Même s'il faudra encore du temps pour remettre la maison en état (les squatteurs ont démonté les lits, apporté des canapés dans la maison, emporté une cuisinière avec eux...), Roland espère bien en finir au plus vite avec tout cela. C'est que le retraité paie aussi depuis plus de deux ans un loyer pour un appartement dans le centre d'Albi où il vit seul.

En y ajoutant le prix d'une chambre en Ehpad pour sa femme à quelques centaines de mètres de l’appartement, la pension de retraite de Roland ne suffit plus pour tout assumer. Il faut donc puiser dans son épargne au quotidien et les économies se réduisent à peau de chagrin. "Encore trois ou quatre mois où je peux tenir" assure Roland. Au-delà, il faudra trouver une solution d'urgence. 

Il faut en finir, ma femme vieillit, il nous reste peu de temps. Maintenant, je cherche juste à être heureux pour encore un ou deux ans.

L'octogénaire espère donc maintenant un geste et une aide de la mairie de Toulouse pour l'aider à vendre son bien au plus vite. 

D'autant plus que Roland est plutôt amer envers la municipalité. Elle s'était en effet déjà opposée une première fois au projet de vente de cette maison toulousaine typique des années 30. La mairie de Toulouse estime qu'elle fait "partie du patrimoine toulousain". Un potentiel acheteur souhaitait raser la propriété pour construire un immeuble. 

En attendant, Roland espère que la situation se débloque au plus vite, lui qui n'a pas toujours pas pu se rendre dans sa maison avenue de Fronton. Une action de ses soutiens est prévue devant son domicile jeudi prochain. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess