Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Toulouse aussi, les drapeaux tricolores se vendent bien à la veille de l'hommage national aux victimes des attentats

-
Par , France Bleu Occitanie
Toulouse, France

François Hollande appelle les Français à mettre un drapeau tricolore à leur fenêtre ce vendredi, jour d'hommage national aux victimes des attentats de Paris. Le drapeau fait son retour en grâce. A Toulouse, les magasins spécialisés dans les articles de fête en vendent beaucoup ces derniers jours.

Drapeau Tricolore
Drapeau Tricolore © Radio France - Emmanuel Champale

Le Président de la République demande aux Français de pavoiser leur domicile, c'est-à-dire d'installer un drapeau tricolore aux fenêtres pour cette journée d'hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre à Paris. La bannière bleu-blanc-rouge a retrouvé ses lettres de noblesses. Depuis des années, on la voyait surtout dans les stades ou sur les bâtiments publics, mais peu chez les particuliers, car elle était souvent associée au nationalisme. Mais, depuis les attentats, les Français semblent se réapproprier le drapeau tricolore.

A Toulouse, difficile de savoir si il y aura vraiment beaucoup de bleu-blanc-rouge aux fenêtres. Mais les drapeaux se vendent bien. Le patron de "la fête", le magasin de déguisements et d'articles festifs de la zone Balma-Gramont, Christophe Monteil estime qu'en quelques jours il a écoulé autant de drapeaux qu'en une année habituellement

"Avant, quand on venait acheter un drapeau, il y avait une certaine gène. Là, il n'y a pas du tout ce sentiment-là. Les gens affichent une certaine fierté".

— Le gérant du magasin "la fête" de Balma-Gramont

Le gérant d'un magasin d'articles de fêtes à Balma-Gramont

 

Un jeune porte un drapeau lors du rassemblement du mardi 17/11 au Capitole
Un jeune porte un drapeau lors du rassemblement du mardi 17/11 au Capitole © Radio France - Bénédicte Dupont

Un autre commerçant toulousain, qui a souhaité rester anonyme, et qui est spécialisé dans les trophées, les fanions et les drapeaux, raconte lui qu'il "n'a jamais vu ça". Il estime avoir vendu près de 700 drapeaux en quinze jours et il a du passer des centaines en commande. Les ventes ont commencé dès le lendemain des attentats et les gens qui viennent les chercher sont souvent très émus. Ce commerçant sent chez les acheteurs  un désir de se réapproprier l'emblème national.

Témoignage d'un autre vendeur de drapeaux

Historiquement, le drapeau tricolore remonte à la révolution française. C'est à ce moment-là qu'on a associé le blanc, couleur du roi, avec le bleu et le rouge qui sont les couleurs de la ville de Paris, comme le politologue et maître de conférence de Sciences-Po Toulouse, Jean-Michel Ducomte.

Jean-Michel Ducomte revient sur les origines du drapeau Bleu Blanc Rouge

 

Jean-Michel Ducomte, politologue à l'IEP de Toulouse
Jean-Michel Ducomte, politologue à l'IEP de Toulouse © Radio France - Stéphanie Mora

Jean-Michel Ducomte rappelle que, en période normal, le "retour au drapeau est plutôt un symbole nationaliste", mais il ajoute :

Les épisodes comme celui qu'on vit aujourd'hui sont rares. On peut parler de communion nationale et ce n'est possible que dans une adversité forte. 

Jean-Michel Ducomte revient sur le retour en grâce du drapeau et son sens

Choix de la station

À venir dansDanssecondess