Société

Toulouse commémore les 15 ans de la catastrophe d'AZF encore en ordre dispersé

Par Vanessa Marguet, France Bleu Toulouse et France Bleu mardi 20 septembre 2016 à 21:37 Mis à jour le mercredi 21 septembre 2016 à 10:00

La cérémonie officielle aura lieu à 10h15 sur le site du mémorial qui a été réaménagé
La cérémonie officielle aura lieu à 10h15 sur le site du mémorial qui a été réaménagé © Radio France - Vanessa Marguet

Cette année encore, il y aura 3 cérémonies pour se souvenir de la catastrophe d'AZF. Quinze ans après l'explosion, des rapprochements ont eu lieu, mais il y a toujours des rancœurs à l'approche du troisième procès à Paris en janvier.

Le 21 septembre 2001 à 10h17, l'explosion du hangar 221 du complexe chimique avait soufflé toute une partie de Toulouse, faisant 31 morts selon le bilan officiel et des milliers de blessés, sans parler de toutes les personnes qui ont gardé des séquelles psychologiques. C'est le cas de Yvette Montagné, une femme de 88 ans qui habite rue de la Digue et qui a du mal à oublier cette terrible journée.

"J'ai reçu la porte-fenêtre sur la tête, mon chien est mort...J'ai eu un morceau de verre dans l'épaule"

Les Toulousains n'ont pas oublié et ils n'arrivent toujours pas à commémorer ce drame dans l'unité. Il y a eu de grandes avancées ces dernières années, depuis le dixième anniversaire notamment, mais aujourd'hui encore, il y a 3 cérémonies pour ce 21 septembre.

Trois rassemblements

Dans le détail, les anciens salariés de l'usine réunis dans l'association Mémoire et Solidarité organisent, comme chaque année, un premier rassemblement à 10h devant la stèle en hommage aux 21 salariés d'AZF tués dans l'explosion.

Ils rejoindront ensuite la cérémonie officielle de 10h15 à 10h30 à quelques pas de là, sur le mémorial d'AZF, devant la stèle des 31 victimes. Une cérémonie en présence des élus (Jean-Luc Moudenc le maire de Toulouse, Georges Méric le président du Conseil Départemental de Haute-Garonne et Carole Delga la présidente de Région ), de l'association des familles endeuillées d'AZF et des représentants de l'ancien comité des victimes d'AZF. La sirène va retentir à 10h17, il y aura une lecture des noms des 31 victimes, des dépôts de gerbes ainsi qu'une minute de silence sur le site du Mémorial d'AZF, qui a été un peu réaménagé cette année. La stèle a été légèrement déplacée devant la sculpture de l'architecte toulousain Gilles Conan. La mairie a aussi planté 31 cyprès et mis en places chemins piétonniers.

Une bougie sera allumée au pied de chacun des 31 cyprès  - Radio France
Une bougie sera allumée au pied de chacun des 31 cyprès © Radio France - Vanessa Marguet

L'association des sinistrés du 21 septembre refuse, elle, de participer à cette cérémonie officielle, car elle ne veut pas se recueillir aux côtés des anciens salariés d'AZF et appelle à un autre rassemblement à 10h sur le rond point du 21 septembre, au bout de l'avenue de Muret. Cette association menée par Jean-François Grelier veut en profiter pour dénoncer un déni de justice et la tenue d'un troisième procès au mois de janvier, un procès délocalisé à Paris.

Le président de l'association des sinistrés du 21 septembre pense qu'il y aura plus de monde que l'an dernier - Radio France
Le président de l'association des sinistrés du 21 septembre pense qu'il y aura plus de monde que l'an dernier © Radio France - Vanessa Marguet

La justice n'a toujours pas fini son travail dans ce dossier

Ce nouveau procès doit s'ouvrir le 24 janvier prochain , car la Cour de Cassation a annulé les condamnations prononcées en 2012 par la Cour d'appel de Toulouse pour vice de procédure : des condamnations pour homicide involontaire à un trois ans de prison dont un ferme et 45 000 euros d'amende à l'encontre de Serge Biechlin, l'ancien directeur de l'usine et à 225 000 euros d'amende pour Grande Paroisse l'ancienne filiale de Total propriétaire de l'usine.

Le troisième procès devrait être filmé et retransmis sur grand écran à Toulouse, mais ce dépaysement est dénoncé à la fois par l'association des familles endeuillées d'AZF, et par l'association des sinistrés du 21 septembre. Seuls les anciens salariés ne s'y opposent pas, et ont lancé une souscription pour pouvoir se rendre sur place.

Partager sur :