Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Toulouse : démolition des Castalides, "l'immeuble de la honte"

-
Par , France Bleu Occitanie

Six ans après avoir été muré et évacué dans le quartier du Mirail à Toulouse, l'immeuble des Castalides est en train d'être démoli. La grue est entrée en action ce mardi. La mairie de Toulouse compte mener une concertation avec les acteurs du quartier pour définir l'avenir du site.

La grue de l'entreprise Cassin a démarré la démolition par "grignotage".
La grue de l'entreprise Cassin a démarré la démolition par "grignotage". © Radio France - Vanessa Marguet

Toulouse, France

"C'est un soulagement, on attendait ça depuis tellement longtemps !" raconte Michel-Ange, un riverain de l'immeuble des Castalides, qui assistait ce mardi au coup d'envoi de la démolition de l'immeuble, rue Aristide Maillol. Ce bâtiment de 400 logements privés avait été construit dans les années 70 pour accueillir des étudiants de l'université du Mirail, mais au fil des ans, l'état des appartements et des communs s'est dégradé et cet immeuble a été en partie exploité par des "marchants de sommeil".

L'immeuble de la honte

En mai 2013,  la préfecture a pris un arrêté d'insalubrité et le 29 août suivant, la mairie a pris un arrêté pour évacuer les derniers habitants et murer les lieux. 

"On l'appelait l'immeuble de la honte. Il y a eu de la prostitution, il y a eu un meurtre et des problèmes de drogue" - Rosemarie, une habitante du quartier

Il aura fallu 6 ans à la mairie pour finir de racheter tous les logements de cette copropriété privée (cette opération avait démarré dès 2006) et pour procéder au désamiantage. La grue chargée de "grignoter" l'immeuble pour le démolir est entrée en service mardi. "C'est une déconstruction mécanique avec une pelle de 100 tonnes qui va grignoter l'immeuble de haut en bas, de manière contrôlée" explique Nicolas Cassin le responsable de l'entreprise de démolition du même nom. Les ouvriers utilisent de l'eau au fur et à mesure pour éviter de faire trop de poussière. L'ensemble de l'opération durera jusqu'en septembre*

Et après ?

Une fois l'immeuble démoli, la mairie promet une concertation avec les habitants et les différents acteurs du quartier pour déterminer ce qui sera reconstruit à la place. Mais le maire Jean-Luc Moudenc a dors et déjà fixé quelques lignes directrices. 

Je souhaite qu'on favorise un petit bâtiment, qu'on ne reproduise pas les erreurs du passé et qu'on joue la carte de la diversification, c'est-à-dire que, plutôt que des logements sociaux, on ait des logements intermédiaires et de l'accession à la propriété - Jean-Luc Moudenc

Le maire de quartier, Franck Biasotto qui est aussi adjoint au logement et président de Toulouse Métropole habitat, explique que l'idée de créer un petit immeuble "voué aux seniors avec une maison médicale" est une option possible. La concertation devrait permettre d'affiner les choses. Les riverains eux assurent qu'ils resteront "vigilants". Michel par exemple espère qu'ils auront vraiment "leur mot à dire" dans cette concertation et qu'on tiendra compte de leur avis.

La question des immeubles dégradés avec de multiples copropriétaires privés

Les Castalides représentent un cas extrême, mais il y a d'autres immeubles des années 60-70 qui appartiennent aujourd'hui à une multitude de copropriétaires privés et qui ont besoin de travaux. Pour le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, c'est "un vrai problème" à Toulouse et la mairie est prête à mettre la main à la poche. Il estime qu'une 50aine d'immeubles pourraient être concernés sur l'agglomération, dans les quartiers de la politique de la ville. 

"On doit aussi être aux côtés des copropriétaires qui n'ont pas des ressources importantes" - Jean -Luc Moudenc.