Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Toulouse : elle récupère des vélos pour les demandeurs d'asile

lundi 5 mars 2018 à 6:01 Par Marius Delaunay, France Bleu Occitanie

Depuis le début du mois de février, Virginie Falcucci récupère sur Toulouse des vélos, en état ou à retaper. Elle les redonne ensuite à des demandeurs d'asile.

Virginie Falcucci et Hassan, un demandeur d'asile qui vient de récupérer un vélo.
Virginie Falcucci et Hassan, un demandeur d'asile qui vient de récupérer un vélo. © Radio France - Marius Delaunay

Toulouse, France

Virginie Falcucci travaille au Centre d'Accueil des Demandeurs d'Asile de Toulouse comme agent de vie sociale. Elle côtoie tous les jours des migrants, en attente d'un statut de réfugié. Ce sont eux qui lui ont demandé des vélos pour pouvoir se déplacer plus facilement. Les demandeurs d'asile sont pour la plupart hébergés dans des appartements en périphérie de Toulouse. Leur seul moyen de mobilité reste souvent les transports en commun. 

De très petits revenus

Le temps de l'instruction de leur dossier, les demandeurs d'asile vivent avec de faibles aides. Une personne seule touche 204 euros par mois, et ne bénéficie pas de tarif préférentiel pour les transports en commun. Un abonnement mensuel Tisséo pour une personne de plus de 26 ans revient à 50 euros, soit le quart de son revenu mensuel. "Ça pose un vrai problème", souligne Virginie Falcucci. "Beaucoup ne souhaitent pas prendre de ticket de métro parce qu'ils savent que ça leur revient trop cher".

Avec ces vélos, les demandeurs d'asile vont pouvoir se rendre plus facilement à leurs rendez-vous médicaux, administratifs... Mais aussi à des événements organisés par le Centre d'Accueil des Demandeurs d'Asile, comme par exemple des initiations à la langue française. Car beaucoup de migrants rencontrent un autre obstacle, celui de la langue.

Une dizaine de vélos récupérés

Virginie Falcucci a pour l'instant récupéré une dizaine de vélos, grâce à l'aide de connaissances et de l'association Caracole, une maison d'économie solidaire basée à Ramonville Saint-Agne. La demande des migrants est forte et ne baisse pas. Virginie Falcucci a aussi récupéré quelques vélos pour enfants. "On a aussi des familles chez les demandeurs d'asile, et ils sont contents. [...] Ça occupe les enfants, qui n'ont pas forcément beaucoup de jouets". 

L'appel aux dons

Virginie Falcucci est aussi en contact avec d'autres associations toulousaines pour que les demandeurs d'asile puissent retaper eux-mêmes des vélos usagés grâce au prêt d'outils. Une manière de leur donner une occupation. Vélos en état ou non, pour enfants ou adultes, un appel à la générosité est lancé aux habitants de Toulouse et des ses environs. Il vous suffit d'envoyer un mail à virginie.falcucci@acsc.asso.fr pour faire un beau geste.