Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Toulouse : entre 5 000 et 20 000 personnes participent à la "marée populaire"

samedi 26 mai 2018 à 17:20 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie

Il y avait du monde dans les rues de Toulouse ce samedi pour la "marée populaire" contre la politique d'Emmanuel Macron, même si les chiffres font le grand écart, de 5 000 selon la police à 20 000 selon la France Insoumise. Retour en Images.

Les manifestants ne manquent pas d'imagination dans le cortège toulousain.
Les manifestants ne manquent pas d'imagination dans le cortège toulousain. © Radio France - Vanessa Marguet

Toulouse, France

"Waouh, c'est impressionnant de voir tout ce monde ! " lâche Dominique, une femme de ménage venue de Mirepoix en Ariège pour manifester à Toulouse. Comme elle, certains ont fait le déplacement de loin, depuis Montauban, Lavaur, Albi, Carcassonne... L'appel lancé au niveau national par la France Insoumise, la CGT et une soixantaine d'organisations politiques, syndicales et associatives a été suivi à Toulouse. Il y avait 5000 personnes selon la police, plus de 8000 selon la CGT et le PCF 31, 20 000 pour les représentants de la France Insoumise en Haute-Garonne. 

Cette manifestante tient la patte d'une pieuvre censée représentée Emmanuel Macron.  - Radio France
Cette manifestante tient la patte d'une pieuvre censée représentée Emmanuel Macron. © Radio France - Vanessa Marguet

Dans le cortège, on trouve des représentants syndicaux, des cheminots opposés à la réforme de la SNCF, des fonctionnaires, des infirmières comme Nicole venue dire son ras-le-bol face aux "attaques tous azimuts contre les services publics", mais aussi des retraités ou des salariés du privé, comme cet ingénieur de chez Thalès qui a choisi de défiler masqué. 

Cet ingénieur chez Thalès explique qu'il a du mal à mobiliser dans son entreprise, pourtant il dit ressentir les effets des changements politiques.  - Radio France
Cet ingénieur chez Thalès explique qu'il a du mal à mobiliser dans son entreprise, pourtant il dit ressentir les effets des changements politiques. © Radio France - Vanessa Marguet

Les étudiants sont là aussi, en bonne place dans le cortège. Ils enchaînent les chansons et les slogans pour dénoncer la réforme de l'accession à l'université et le dispositif Parcoursup, mais aussi pour dénoncer de manière plus générale la politique mise en place depuis un an par Emmanuel Macron et son gouvernement. 

Les étudiants en bonne place.  - Radio France
Les étudiants en bonne place. © Radio France - Vanessa Marguet

La manifestation a duré plus de deux heures, de la place Jeanne d'Arc, jusqu'au boulevard des Récollets, devant le siège du Medef. Une mobilisation dans le calme, mais qui " va marquer les esprits, je l'espère" pour Alain, un fonctionnaire venu du Tarn pour marquer le coup. 

Reportage dans le cortège