Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Toulouse : importante mobilisation pour défendre l'occitan

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu Périgord

Plus d'un millier de personnes se sont réunis place du capitole dimanche après-midi pour défendre l'occitan. Ils protestent contre la réforme du lycée qui met en péril selon eux l'enseignement de cette langue régionale et en creux la culture occitane.

Plus d'un millier de personnes venus de toute la région se sont retrouvé place du capitole dimanche après-midi.
Plus d'un millier de personnes venus de toute la région se sont retrouvé place du capitole dimanche après-midi. © Radio France - Théo Caubel

Toulouse, France

Plus d'un millier de personnes se sont retrouvés symboliquement sur la croix occitane place du Capitole dimanche après-midi pour défendre l'enseignement de l'occitan. 

Ils protestent contre la réforme du lycée qui rentre en application dès septembre 2019. Elle prévoit de donner moins d'importance dans les épreuves du bac aux langues régionales et de réduire les dotations horaires pour l'occitan. Certains lycées pourraient ne plus proposer cet enseignement à la rentrée. "L'option d'occitan pèsera 6 fois moins qu'avant dans la note du bac. Pourquoi un jeune prendrait une option qui ne pèse plus rien", s'interroge Nicolas Rey-Bèthbéder, président du Centre régional des enseignants d'occitan, CREO. 

"Vous enlevez l'occitan à l'Occitanie, il n'y a plus d'Occitanie !"

Cette réforme est encore plus incompréhensible pour les enseignants qu'ils arrivaient depuis quelques années à promouvoir cette option auprès des jeunes. "Il y a eu pleins de batailles qui ont permis qu'à certains endroits l'enseignement de l'occitan soit possible de la maternelle jusqu'à la terminale. Et là, en 15 jours tout peut être cassé" s'alarme Chloé enseignante d'occitan en primaire.

Parmi les manifestants, beaucoup de jeunes qui ne regrettaient pas d'avoir pris cette option à l'école mais aussi des Catalans convaincus par la cause. "C'est vraiment dommage que l'occitan puisse disparaître, explique Victor membre d'une association qui promeut les relations catalanes et occitanes. C'est une histoire qui peut disparaître, une diversité. Chaque langue permet de penser autrement. Ce n'est pas que des mots mais des façons de voir le monde."

Pour Nicolas Rey-Bèthbéder, tout l'enjeu est là : défendre la langue occitane, c'est surtout défendre la culture régionale. "Pourquoi les jeunes font du rugby plutôt que du football, pourquoi on mange du cassoulet plutôt que de la choucroute, ça tient à l’identité de la région. Vous enlevez l'occitan à l'Occitanie, il n'y a plus d'Occitanie !

Les élus se mobilisent également. La présidente de la région Occitanie Carole Delga parle d'"un recul considérable pour la survie de notre patrimoine linguistique régional". Et le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a écrit au ministre de l'Education nationale pour demander un réexamen de la réforme du lycée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu