Société

Toulouse : l'arrivée d'un lecteur biométrique à la cantine fait débat au collège Jolimont

Par Vanessa Marguet, France Bleu Toulouse et France Bleu mardi 12 septembre 2017 à 18:56 Mis à jour le mardi 12 septembre 2017 à 21:08

La cantine du collège Jolimont devrait être équipé d'un lecteur biométrique après les vacances de la Toussaint
La cantine du collège Jolimont devrait être équipé d'un lecteur biométrique après les vacances de la Toussaint © Radio France - Vanessa Marguet

L'arrivée d'un lecteur biométrique à la cantine du Collège Jolimont ne passe pas inaperçue. Les parents viennent de recevoir une lettre d'explication que l'un d'eux a diffusé sur les réseaux sociaux. Il dénonce le système et parle de discrimination pour les élèves qui refusent le dispositif.

La décision a été prise début juillet par le Conseil d'administration du Collège Jolimont. L'établissement va installer après les vacances de la Toussaint un lecteur biométrique à l'entrée du self, pour que les élèves s'identifient juste en tapant un code et en posant leur main sur la borne. La machine est capable d'en reconnaître les contours.

Simplifier l'accès à la cantine

Nous avons joint la principale, Florence Lapeyre. Elle explique que le but est de "fluidifier et simplifier l'accès à la cantine" car les élèves oublient souvent leurs cartes.

Nous avons enregistré 4180 oublis l'an dernier. Il y a même eu une journée record avec près de 90 oublis sur 280 demi-pensionnaires - la principale

Avec le lecteur biométrique, pas besoin de refaire les cartes perdues et d'avoir un surveillant mobilisé pour noter les noms de ceux qui les ont oubliées. Mais les élèvent qui refusent le dispositif peuvent continuer à fonctionner avec leurs anciennes cartes. Les deux systèmes cohabitent.

La copie de la lettre qui a été envoyée aux parents d'élèves et relayée sur les réseaux sociaux  - Aucun(e)
La copie de la lettre qui a été envoyée aux parents d'élèves et relayée sur les réseaux sociaux - @Antoine, un parent d'élève

Les élèves qui refusent le système doivent-ils manger en dernier ?

Ces arguments ne convainquent pas Antoine, le père de famille qui a posté la lettre sur facebook, suscitant beaucoup de réactions. Il se dit choqué par le principe d'installer un contrôle biométrique pour l'accès d'enfants à la cantine. Il trouve que c'est disproportionné. "Je connais ça au siège de Sony Europe ou chez Google" dit-il. Mais ce n'est pas la seule raison de sa colère. Il crie également à la "discrimination" car la lettre précise que, en cas de refus du système biométrique, l'enfant "déjeunera en fin de service". Pour Antoine, ça signifie qu'il "ne mangera jamais avec ses copains et c'est injuste".

"offusqué par le contrôle biométrique pour les enfants, moi je connais ça chez Sony ou chez Google" - Antoine, père d'élève

La principale du collège Jolimont reconnait que la formulation est "maladroite". Les enfants qui conserveront l'ancien système de cartes pourront manger au début du service ou au milieu, mais elle explique qu'il faudra les regrouper pour qu'il passe ensemble sous le contrôle d'un surveillant. C'est finalement le point qui fait le plus réagir. Dans ce collège Jolimont, le principe du lecteur biométrique en soi a été validé sans problème par les parents d'élèves élus lors du conseil d'administration de juillet. L'un des élus nous l'a confirmé par téléphone.

Près d'un millier d'établissements scolaires concernés en France

D'après la CNIL, la commission nationale informatique et libertés, il y a aujourd'hui près d'un millier d'établissements qui utilisent ce genre de dispositifs en France ou qui sont sur le point de le faire. Rien qu'en Haute-Garonne, le Conseil départemental a recensé une quinzaine de collèges. Ils sont équipés parfois depuis plusieurs années par ce système. Et jusqu'ici ça n'a pas posé de gros problèmes dans les établissements concernés d'après Muriel Paletou, la présidente de la FCPE de Haute-Garonne, la principale fédération des parents d'élèves.

"'Sur la question de la biométrie, nous n'avons aucune remontée de conseils locaux de parents d'élèves, en tous cas jusqu'à présent" - la présidente de la FCPE 31

La mise en place de ces lecteurs biométriques se développe progressivement depuis 2006 et reste très encadrée par la CNIL, la commission nationale informatique et libertés. Les parents doivent avoir le choix et pouvoir conserver le système de carte si ils refusent le dispositif. En 2014, le sénateur de la Nièvre Gaëtan Gorce, avait déposé un amendement pour interdire les systèmes de contrôle d’accès biométriques dans les cantines d’écoles. Il souhaitait que ce type de technologie soit réservé au seul domaine de la sécurité. Mais au final son amendement n'a pas été retenu.