Société

Toulouse lance la concertation autour du futur "Central Park" sur l'île du Ramier

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse mardi 20 juin 2017 à 8:49

L'île du Ramier, au centre de Toulouse.
L'île du Ramier, au centre de Toulouse. © Radio France - Bénédicte Dupont

La concertation sur le réaménagement de l'île du Ramier en parc de loisirs est lancée ce 20 juin à Toulouse et autour. Cela fait partie du projet Grand Parc Garonne. Jean-Luc Moudenc, le maire de la ville rose et président de la Métropole, était l'invité de France Bleu ce mardi matin.

Les travaux ne débuteront qu en 2020 mais c'est dès ce 20 juin que Toulouse Métropole lance la concertation sur l’aménagement de l'île du Ramier, une île destinée à devenir le cœur du Grand Parc Garonne qui, de Saint-Jory au nord jusqu'au centre de Toulouse doit permettre aux habitants de la métropole de se réapproprier le fleuve et ses abords. La restauration des digues ou encore le réaménagement du Port de la Daurade l'année dernière et celle du Port Viguerie cette année font parties de ce projet. Aujourd'hui il s'agit de réfléchir à ce que pourrait devenir un espace majeur de la Métropole.

L'INVITÉ EN UN CLIC - Jean-Luc Moudenc (6'39''), sur le réaménagement de l'île du Ramier

Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, invité de France Bleu ce 20 juin 2017. - Radio France
Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, invité de France Bleu ce 20 juin 2017. © Radio France - Alban Forlot

Bénédicte Dupont : C'est encore l'actualité ce matin, l'après-législatives Vous avez désormais dans votre équipe municipale, deux adjoints députés En Marche (NDLR : Elisabeth Toutut-Picard et Jean-Luc Lagleize). Cela change t-il quelque chose dans votre façon de travailler ?

Jean-Luc Moudenc : "Non j'ai toujours indiqué aux Toulousains, dès 2013-2014 que je souhaitais une équipe municipale qui rassemble des sensibilités diverses plutôt que d'être recroquevillé sur une seule identité politique. Notre unité, c'est notre projet municipal et métropolitain.

Vous n'êtes pas opposé à l'émergence d'un groupe En Marche au sein du conseil municipal ?

Il faudrait que ce soit utile d'un point de vie municipal, ce sont des choses qui se discute en équipe. Je souhaite que nous soyons aussi unis que nous le sommes depuis le début du mandat. Cette unité qui respecte les diversités me semble être la meilleure formule, plutôt que des groupes par-ci par-là.

Venons-en à l'île du Ramier, en faire le "poumon vert" de Toulouse. L'idée n'est pas nouvelle, cette fois ça y est, on y va concrètement ?

Oui, nous avons commencé il y a quelques jours la démolition de l'ancienne boite de nuit, au début de l’île côté Pont Saint Michel. D'ici une quinzaine de mois, les Toulousains auront une préfiguration de ce qui sera l'île du Ramier avec un théâtre de verdure, un parti pris très clair pour les arbres, la végétalisation. Et puis à partir de ce soir, nous lançons le processus sur l'aménagement de l'île en général, dans l'optique du déménagement du Parc des Expositions (PEX), à Aussonne qui sera prêt d'ici 2020-début 2021. Nous avons le temps donc de concevoir un beau projet au cœur de la ville avec des enjeux de développement durable, de loisirs, de détente, de nature en ville, de sports. ET nous le faisons avec les citoyens, avec la concertation qui débute.

Cela veut dire d'abord qu'il faut raser l'actuel Parc des Expositions. C'est pour bientôt ?

Il sera rasé pour l'essentiel, mais uniquement lorsque le nouveau PEX sera en service. On gardera sans doute une partie de la structure actuelle pour la reconvertir. C'est justement l'objet de la concertation citoyenne.

Ce qui empêche l'aménagement du l'île du Ramier jusque là, c'est la présence du Parc des Expos. Une fois qu'il sera déménagé à Aussonne, d'ici fin 2020-début 201 il sera réalisable.

On entend parler de "Central Park à la toulousaine. Est-ce un terme adéquat selon vous , et pourquoi est-ce un dossier dont on parle depuis des années sans qu'il ne se passe rien ?

"Central Park" ? Oui, pourquoi pas. Nous avons une île au cœur de la ville, facilement accessible, et qui peut profiter à tous, les Toulousains et les habitants de la Métropole. Il faut renforcer les îlots de fraîcheur, la nature en ville. Je me souviens avoir fait délibérer à ce propos le conseil municipal en 2006-2007 lorsque j'étais maire pour la première fois. Le verrou, c'est vraiment jusqu'ici la question du Parc des Expos et le fait qu'il n'y avait pas de financement. Il m'a fallu trouver des partenaires extérieurs (Région, Département) cette infrastructure. Une fois que le chantier du PEX est lancé, alors on a pu débloquer le dossier de 'l'avenir de l'île du Ramier.

Vous aviez évoqué aussi l'idée d'une "cité de l'extrême", un parc avec des activités de plein air à sensations fortes... c'était ds votre programme en 2014, c'est faisable ?

Oui c'est toujours dans ma tête. Je voudrais conserver un hall du parc des expos actuel pour le reconvertir en activité de sports extrême à l'intérieur de celui-ci. Les Dauphins du TOEC nous ont fait la demande d'une piscine de 50 mètres, ils voudraient un bassin spécifique. Cela fera partie des choses qui seront étudiées et discutées".

Réunion publique ce mardi 20 juin à la salle Mermoz, dès 18h15. La concertation pour recueillir les avis et idées des habitants et dessiner l'île du Ramier se poursuivra jusqu'au 5 décembre.