Société

Toulouse : le 115 en grève contre la levée du plan Grand Froid

Par Olivier Lebrun, France Bleu Toulouse mercredi 20 janvier 2016 à 19:16

Espace Social du Grand Ramier
Espace Social du Grand Ramier © Radio France - Olivier Lebrun

Déclenché par la préfecture de Haute Garonne ce weekend, le plan grand froid a été levé au bout de 48 heures. Les associations et le personnel du 115 reprochent à l’Etat de remettre à la rue des sans-abris, faute de places d’hébergement.

250 personnes, des familles et des femmes avec enfant notamment, vivent chaque soir dans la rue à Toulouse, faute de places d'hébergement. Les services du 115 tirent la sonnette d'alarme. Les personnels de la veille sociale se mettent en grève ce jeudi 21 janvier pour dénoncer le manque cruel de places d'hébergements d'urgence.

Faute de places disponibles, 80 à 90% des demandes au 115 sont refusées

La situation devient de plus en plus critique, explique Valérie Gracia, représentante du personnel au 115 : "La suspension des 52 places supplémentaires du plan grand froid, c’est autant de personnes qui se retrouvent à la rue."

Valérie Gracia, représentante du personnel au 115.

Le Collectif Inter-Associations de Toulouse s'insurge contre la levée du plan grand froid à Toulouse. Mis en place samedi 16 janvier pour la première fois depuis le début de l'hiver, le dispositif a été levé dès le lundi suivant, dès que les températures sont remontées. La Préfecture est accusée de remettre à la rue les personnes vulnérables en période hivernale, contrairement aux préconisations de la ministre du logement Sylvia Pinel. Alors qu'à Toulouse, le manque de places d'hébergement d'urgence est de plus en plus criant.

Les sans-abris ne comptent plus sur le 115 qui n’a plus les capacités de répondre à leur demande : reportage d’Olivier Lebrun

Pour les sans abris toulousains , le 115 ne répond plus

"Les places exceptionnelles ouvertes pour protéger les personnes sans abri durant l'hiver doivent le rester jusqu'à la fin de la trêve hivernale" — Lettre du ministre du logement aux Préfets du 15 Octobre 2015

Du côté de la Préfecture, on se défend d'avoir outrepassé les instructions de la ministre du logement Sylvia Pinel. Michelle Lugrand, sous-préfète de Haute Garonne chargée de la Cohésion Sociale explique : "860 places d'hébergements d'urgences permanentes sont disponibles. C’est 35% de plus que l'an passé. [...] Nous continuons à travailler à la mise en place de solutions de relogement pérennes pour les familles en difficulté."

Michelle Lugrand sous-préfet de Haute Garonne chargée de la Cohésion Sociale

La préfecture de Haute Garonne  indique qu’elle recevra dans les prochains jours les associations pour examiner la mise en place de nouvelles places d’hébergement pour les sans-abris.

Partager sur :