Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Toulouse : le rapprochement difficile des syndicats et des gilets jaunes contre la réforme des retraites

-
Par , France Bleu Occitanie

Deux grosses manifestations étaient organisées ce samedi dans les rues de Toulouse, une de l'intersyndicale contre le projet de la réforme des retraites et une des gilets jaunes. Si ces deux rassemblements défendaient des causes communes, le rapprochement est resté limité.

La manifestation de l'intersyndicale est partie à 10h30 du quartier Saint-Cyprien à Toulouse
La manifestation de l'intersyndicale est partie à 10h30 du quartier Saint-Cyprien à Toulouse © Radio France - Theo Caubel

La journée de ce samedi a été sociale à Toulouse avec pas moins de deux manifestations importantes dans les rues de la ville rose. La première, celle de l'intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidiares,...) contre la réforme des retraites, est partie à 10h30 du quartier Saint-Cyprien jusqu'au bas des allées Jean-Jaurès. Plus de 20.000 personnes ont répondu présentes selon la CGT, 3.000 selon la police. La seconde était quelques minutes plus tard, vers 14h, avec le rassemblement gilets jaunes.

Certains manifestants n'avaient d'ailleurs pas attendu l'après-midi pour commencer à battre le pavé. Des gilets jaunes ont rejoint le matin la manifestation syndicale. "C'était import de venir pour montrer qu'on est nombreux, reconnaît Marie une manifestante. On n'a pas pas le choix, _il faut s'unir_. C'est même plus une question de syndicat, c'est une question de peuple."

"On est dans la rue pour le même combat"

Si le mouvement des gilets jaunes s'était montré hostile dans ses débuts aux syndicats, ça a changé explique Rodolphe qui a participé aux deux rassemblements de ce samedi. "On est dans la rue pour _le même combat_. On défend le pouvoir d'achat et nos acquis sociaux. On a tout intérêt à être solidaire et à marcher de manière groupée", explique-t-il. Il défile même avec un gilets jaunes sur lequel est collé un autocollant aux couleurs de la CGT. 

Un rapprochement limité 

Mais si le rapprochement semble s'opérer, il reste fragile. Lors de l'acte 61 ce samedi après-midi, les drapeaux des syndicats se sont fait rares, tout comme les banderoles. Certains manifestants du matin étaient néanmoins restés et avaient accroché sur leur gilet jaune un Pin's aux couleurs de leur syndicat. "C'est un gros problème, déplore Marcel un militant CGT.Il aurait dû y avoir un appel à manifester à 14h avec les gilets jaunes. Ça aurait été bien pour marquer la solidarité avec un mouvement qui perdure depuis un an."

Si la manifestation des syndicats s'est déroulées dans le calme, celle des gilets jaunes a donné lieu à des débordements à partir du milieu d'après-midi. Les forces de l'ordre ont multiplié les tirs de gaz lacrymogène. Selon la préfecture de Haute-Garonne, huit personnes ont été interpellées. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu