Société

Toulouse : les commerçants du centre-ville se plaignent des marchés de Noël

Par Rémi Vallez, France Bleu Toulouse vendredi 23 décembre 2016 à 20:16

Le marché de Noël Place du Capitole à Toulouse
Le marché de Noël Place du Capitole à Toulouse © Radio France - Alban Forlot

Pour la Fédération des commerçants du centre-ville de Toulouse, il y a trop de marchés pendant la période des fêtes de fin d'année. Une concurrence accrue qui, selon eux, a un réel impact sur leur activité.

Des marchés, en cette période de fêtes, Toulouse en a compté jusque huit en même temps : entre le marché de Noël du Capitole, le marché artisanal et solidaire des allées Jules-Guesde et les divers marchés de créateurs, pour la plupart éphémères. Autant d'offres sur une même période, c'est du jamais vu assure Philippe Léon, président de la Fédération des commerçants du centre-ville de Toulouse. Et même s'il n'a "rien contre tel ou tel événement", pour lui, huit marchés, c'est beaucoup trop. Car pendant ce temps-là, les commerçants "historiques" du centre-ville seraient à la peine, leur chiffre d'affaire en berne face à une telle concurrence.

Pour Philippe Léon, président de la Fédération des commerçants du centre-ville de Toulouse, la concurrence avec les marchés de Noel est rude

Le temps des fêtes de fin d'année, entre 200 et 300 commerçants "temporaires" viennent s'ajouter aux 1300 commerçants "historiques"

Dans le viseur des commerçants du centre-ville toulousain, il y a aussi ce qu'ils appellent les "parachutés". Comprendre, les commerçants non-toulousains qui investissent la Ville Rose pendant les fêtes. Mais pour Jean-Jacques Bolzan l'élu en charge du commerce et de l'artisanat à la mairie de Toulouse, qui rappelle qu'un tiers des commerçants du marché de Noël du Capitole est bel et bien toulousain, la cohabitation est possible.

Jean-Jacques Bolzan, élu en charge du commerce à la mairie de Toulouse l'assure : il n'y a pas "trop" d'exposants "non-toulousains" pendant les fêtes de fin d'année

Et les toulousains dans tout cela, qu'en pensent-ils ? Il semblerait que selon eux, la polémique n'en est pas vraiment une : il y a de la place pour tout le monde, et les marchés ne tuent pas le commerce "classique" des cadeaux de Noël. Car c'est bien dans ce genre d'enseignes qu'ils réalisent la très grande majorité de leurs achats.

Les toulousains en sont convaincus, en période de fêtes, chaque commerçant a sa place

Après les fêtes, courant janvier, une réunion entre la mairie et la Fédération des commerçants du centre-ville de Toulouse est prévue pour faire le point sur leurs requêtes et écouter leurs propositions pour les prochaines éditions de Noël. Parmi elles, celle de déplacer certains marchés de créateurs sur des périodes "moins concurrentielles et où l'animation est moins forte, comme en février ou en mars".