Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Toulouse : "les plus pauvres peuvent devenir les grands gagnants du grand débat national"

-
Par , France Bleu Occitanie

Olivier Noblecourt, le délégué interministériel à la lutte contre la pauvreté était l'invité de France Bleu Occitanie ce mardi, avant d'aller à la rencontre des acteurs de l'action sociale à Auzeville-Tolosane, au sud de Toulouse.

Olivier Noblecourt, le délégué interministériel à la lutte contre la pauvreté
Olivier Noblecourt, le délégué interministériel à la lutte contre la pauvreté © Radio France - Capture écran

Olivier Noblecourt poursuit son tour de France, pour faire le service après-vente du plan pauvreté annoncé par Emmanuel Macron au mois de septembre. Le délégué interministériel à la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté assiste à une conférence à Auzeville-Tolosane au sud de Toulouse . Il rencontre les acteurs de l'action sociale dans la région Occitanie pour voir comment on peut décliner le plan pauvreté dans la région, quels sont les chantiers prioritaires.

Plusieurs chantiers 

Il estime que, dans cette région, les chantiers à mener en priorité sont les mêmes que ceux définis sur le territoire national. Il y a tout d'abord l'accès au droit, car "beaucoup de personnes ne touchent pas les aides auxquelles ils peuvent prétendre". Olivier Noblecourt veut développer également les mesures de prévention pour les familles monoparentales dont le taux est important en Occitanie. Il faut dit-il "aider les collectivités qui ne peuvent pas fournir de repas à un euro aux enfants défavorisés". 

Le délégué interministériel insiste aussi sur l'insertion professionnelle, via la création d'un service public de l'insertion, un guichet unique pour les personnes en difficulté. Mais il faut "sortir de la seule lecture monétaire des politiques publiques" dit-il . "Nous allons contractualiser avec les Départements pour que les gens au RSA bénéficient d'un vrai accompagnement". Et d'ajouter : "une concertation avec les collectivités sera menée au printemps prochain dans la foulée du grand débat national". 

Les plus pauvres exclus du grand débat national ?

Sur le grand débat national justement, Florent Gueguen, le directeur de la FNARS, la fédération des acteurs de la solidarité, disait la semaine dernière sur France Info que les plus pauvres étaient "les perdants de ce grand débat". Pour lui, dans la lettre d'Emmanuel Macron, il n'y a rien sur la pauvreté, rien sur les sans-abris et le mal logement. Emmanuel Noblecrourt estime qu'on ne peut pas dire ça. 

Les plus pauvres peuvent devenir les grands gagnants de ce grand débat national, si on sort d'un débat qui oppose les différentes formes de pauvreté.

Olivier Noblecourt reconnaît qu'on a trop souvent ignoré certaines formes de vulnérabilités sociales, "toutes ces familles pour lesquelles les fins de mois sont difficiles depuis longtemps et qui ont l'impression que le modèle social français ne les concerne plus".  Il estime que le plan pauvreté annoncé en septembre de 8.5 milliards d'euros doit permettre de changer les choses. Mais pour cela, il faut ajoute-t-il "que les politiques sociales soient portées par les acteurs de terrain, les collectivités et les associations." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess