Société

Toulouse : les pompiers prévoient des actions dans les bureaux de vote de la primaire de la gauche

Par Stéphane Garcia, France Bleu Toulouse et France Bleu dimanche 29 janvier 2017 à 6:00

 Les pompiers haut-garonnais sont en grève depuis le mois de novembre
Les pompiers haut-garonnais sont en grève depuis le mois de novembre © Radio France - Stéphane Garcia

Depuis le mois de novembre, les pompiers haut-garonnais sont en grève. Malgré les propositions de la présidente du SDIS 31, Émilienne Poumirol, il semblerait que le mouvement va se poursuivre, à commencer par dimanche 28 janvier, à l'occasion du second tour de la primaire de gauche.

Si vous allez voter à la primaire de gauche, ne vous étonnez pas de voir des pompiers dans les bureaux de votes. Les soldats du feu haut-garonnais (plus précisément des casernes de Toulouse Vion, Lougnon, et Ramonville), toujours en grève depuis le mois de novembre, seront devant certains bureaux pour distribuer des tracts et expliquer le conflit qu'ils vivent avec leur direction : "On va dire aux gens à quels point ils sont mal protégés", explique Christophe Brunet, représentant CGT.

Un des points de discorde entre les sapeurs-pompiers et leur direction concerne notamment le temps d'intervention. Émilienne Poumirol, présidente du SDIS 31 expliquait jeudi au Conseil Départemental que les délais d'intervention étaient dans la moyenne nationale. "C'est faux, réponds Christophe Brunet, d'autant que dans le département il y a d'énormes disparités. Un fourgon met en moyenne 13 minutes pour intervenir sur Toulouse, mais dans le Comminges ça peut aller jusqu'à 45 minutes. Si l'on part pour un feu de cuisine, 45 minutes plus tard ça s'est transformé en feu de maison. Sans parler des potentielles victimes à l'intérieur du bâtiment. D'autant qu'à l'intérieur de certains de nos camions, on se retrouve à devoir armer avec seulement trois pompiers au lieu de six réglementairement parlant."

Christophe Brunet, pompier : "En Haute-Garonne, un pompier coûte 50 euros/habitant. La moyenne nationale est à 80 euros. On fait des économies sur notre dos et le service ne sui pas..."

De son côté, le SDIS 31 a annoncé la création de 12 postes supplémentaires cette année et 40 d'ici la fin du mandat. Plus le recrutement de 125 agents d'ici 2021 pour remplacer tous les départs à la retraite. Une proposition rejetée par 68% des pompiers grévistes. Les négociations entre les deux parties sont au point mort. En parallèle, les procédures de sanctions continuent contre les soldats du feux. 28 d'entre eux ont été avertis, voire pour certains ont reçu un blâme pour avoir déversé de la mousse sur la place du Capitole, le 12 novembre 2016. D'autres actions pourraient tomber, notamment à l'encontre des pompiers de Ramonville. Cette semaine, ils ont reconstitué un cimetière de croix blanches et pendu un mannequin en tenue dans l'enceinte de leur centre de secours.

Les pompiers ont poursuivi par des actions symboliques, comme ici à Ramonville, le 24 janvier. - Radio France
Les pompiers ont poursuivi par des actions symboliques, comme ici à Ramonville, le 24 janvier. © Radio France - Twitter/Sylvie Brot