Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Toulouse : un cinéma Mégarama de 12 salles ouvrira en 2019 à Basso Cambo

mercredi 10 mai 2017 à 5:50 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie

Un nouveau cinéma multiplexe verra le jour à Toulouse dans un peu plus de deux ans, à quelques pas du métro Basso Cambo. Les habitants du quartier et des environs pourront profiter d'un Mégarama de 12 salles et de 2000 sièges. Ils l'attendent avec impatience.

Le futur bâtiment a été pensé par le cabinet d'architectes Incaa
Le futur bâtiment a été pensé par le cabinet d'architectes Incaa - ©INCAA

Toulouse, France

France Bleu Toulouse vous l'annonçait cet automne. La mairie le confirme aujourd'hui : il y aura bientôt un nouveau cinéma à l'ouest de Toulouse, place Edouard Bouillères à Basso Cambo, tout près du métro, entre le Quick et le centre commercial Géant Casino. Ce multiplexe sera le premier de l'exploitant Mégarama en Occitanie.

12 salles et des films tout public

Il doit ouvrir ses portes en septembre 2019 si tout va bien, avec 12 salles et 2000 sièges. Dans le détail, il y aura une grande salle de 450 m² avec un écran de plus de 20 m, trois salles de 200 places et huit plus petites. Le directeur général adjoint de Mégarama, Olivier Labarthe, assure que tout sera fait pour le confort des spectateurs.

Les fauteuils seront tous inclinables, en cuir - le directeur général adjoint de Mégarama

Le projet prévoit également une architecture très moderne, avec un grand hall lumineux et une programmation variée et grand public, aussi bien à destination des étudiants de l'université Jean-Jaurès toute proche que des familles du secteur. L'exploitant annonce 400 films projetés par an et un objectif de 478 000 spectateurs. En revanche, on ne connait pas les tarifs de ce futur cinéma. Le directeur adjoint de Mégarama promet "une offre adaptée à la clientèle", sans plus de précisions.

Reportage Vanessa Marguet

Un cinéma très attendu dans le quartier du Mirail et au-delà

Avant même le début des travaux, les habitants du secteur sont ravis à l'idée d'avoir un cinéma à côté de chez eux. Ikram, un homme de 37 ans qui habite la Reynerie s'en réjouit par exemple car il est obligé aujourd'hui d'aller au centre ville ou à Blagnac quand il veut se faire une toile. Il estime que c'est surtout bien pour les jeunes, car "ils n'ont pas grand chose à faire dans le quartier". L'accueil est également très bon chez les gens qui habitent plus loin, comme Hanna. Elle vit à Saint Simon et assure qu'elle ira davantage au cinéma avec cette nouvelle offre.

C'est l'objectif sur lequel mise la mairie. Ce cinéma doit être un équipement culturel pour le Grand Mirail, mais doit aussi contribuer à son réaménagement. La mairie mise clairement sur ce cinéma pour attirer des gens d'autres quartiers, là où l'équipe de l'ancien maire Pierre Cohen misait sur le projet de maison de l'image abandonné depuis.

Ce cinéma nous permettra d'apporter une nouvelle population dans un quartier qui est souvent un peu décrié, avec une mauvaise image qui lui colle à la peau et ça permet aussi de valoriser tout le site - Franck Biasotto, le maire de quartier

Au-delà du cinéma, la mairie veut réhabiliter le lac de la Reynerie et le château et mise aussi sur une rénovation de la galerie commerciale Géant Casino, pour dynamiser ce secteur.

Objectif : construire plus de cinémas dans les quartiers

Ce projet de cinéma à Basso Cambo n'est pas le seul dans les tuyaux. La mairie de Toulouse va poser la première pierre d'un cinéma d'art et d'essai de Borderouge début juin et d'autres projets sont à l'étude dans Toulouse intra-muros. Le maire Jean-Luc Moudenc rappelle qu'il y a un déficit de cinéma dans la ville rose. Une étude à l'appui, il explique qu'il y a aujourd'hui "6.8 écrans pour 100 000 habitants à Toulouse, contre 19 à Lyon et 13.3 à Lille". Les chiffres sont plus dans la moyenne quand on regarde l'ensemble de l'agglomération, mais pas la ville en elle-même. L'adjoint chargé de la culture, Francis Grasse, le confirme :

Il y a une sorte de no man's land dans la première couronne de Toulouse avec des quartiers où il n'y a pas d'offres - Francis Grass

L'élu estime qu'il faut tout faire aujourd'hui pour rééquilibrer les choses, car la "culture doit être au plus proche des gens". Et quand on lui demande, si il n'y a pas un risque de tomber dans l'excès inverse du trop de salles à terme avec le développement du nouveau cinéma de Colomiers ou encore le projet de Val Tolosa, Francis Grass répond clairement non. Il estime que l'accroissement de la population est tel que l'offre doit suivre.

Il faut continuer à multiplier l'offre de cinéma pour Francis Grass