Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Toulouse : un club de tricot pour les sans-abri

mardi 24 janvier 2017 à 5:30 Par Stéphane Garcia, France Bleu Occitanie

Depuis une semaine, une vingtaine de toulousains participent à un club de tricot par générosité. Le but : passer un bon moment, mais le faire pour la bonne cause puisque les écharpes, gants, bonnets et autres productions en laine seront distribués aux sans-abris des rues de Toulouse.

Actuellement, une vingtaine de personnes participent à ces ateliers Fraterlaine tous les mardi soirs et samedi matin.
Actuellement, une vingtaine de personnes participent à ces ateliers Fraterlaine tous les mardi soirs et samedi matin. © Radio France - Stéphane Garcia

Toulouse, France

C’est un club de tricot un peu spécial. Son nom : Fraterlaine, rue Matabiau dans le magasin les Tricopathes, tenu par Anne Ribolzi. Chaque mardi soir et samedi matin*, dans le commerce, des passionnés du tricot se réunissent, pour la bonne cause. Tout ce qui est produit est destiné aux sans-abri des rues de Toulouse (bonnets, écharpes, gants, chaussettes, mitaines, guêtres et autres cols).

"Je voulais faire quelque chose d’utilise quand j’ai pris ce magasin, quelque chose de différent qu’un simple apéro tricot", explique Anne Ribolzi. Un matin de décembre elle croise le chemin d’un jeune SDF dans la rue, sans gant, écharpe ni bonnet. C’est à ce moment qu’elle a le déclic. "Et puis c’est plus que leur donner chaud avec la laine, c’est leur donner chaud avec quelque chose qu’on a tricoté. On n’a pas donné simplement de l’argent, on n’est pas allé acheter. On l’a fait, pour ces gens dans le besoin".

Anne Ribolzi : "C'est plus que leur donner chaud avec de la laine, c’est leur donner chaud avec quelque chose qu’on a tricoté pour eux."

L'idée dans cet atelier ce n'est pas de faire de la haute couture mais des choses simple et utile : "Là on va à l'urgence, raconte Véronique, une des tricoteuses volontaires. On sait que les gens dans la rue en ont besoin maintenant avec la période de froid, du coup on fait tout pour terminer le plus rapidement nos productions, quitte à finir à la maison."

Une fois tricotés, ces vêtements sont remis à la Roulotte Solidaire, association qui vient en aide aux gens de la rue, mais aussi aux équipes du 115, pour qu’ils soient distribués lors des maraudes. Autant de petits bouts de laine qui vont réchauffer les corps. "Et puis ça marche dans les deux sens, reconnait Anne Ribolzi. Ça aide aussi des gens qui ont besoin de lien social, qui sont seuls chez eux".

Et après le froid ? Lorsque les beaux jours arriveront, le club de Tricot Fraterlaine se tournera vers des choses plus légères et plus élaborées à faire. Tout en continuant à tricoter des vêtements chauds, afin de se tenir prêt pour l’hiver prochain.

*INFORMATIONS : Magasin les Tricopathes, 41 rue Matabiau. Tél. : 07.83.88.65.77. Le mardi à partir de 18 h 30 et le samedi à partir de 10h30.

Une fois tricotés, ces vêtements seront remis à la Roulotte solidaire mais aussi aux équipes du 115, qui les redistribuent ensuite aux sans-abri - Radio France
Une fois tricotés, ces vêtements seront remis à la Roulotte solidaire mais aussi aux équipes du 115, qui les redistribuent ensuite aux sans-abri © Radio France - Stéphane Garcia