Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : L'éducation : un enjeu électoral 2017

Toulouse : un Épide va ouvrir à Toulouse en avril prochain pour l'accueil des jeunes en difficulté

-
Par , France Bleu Occitanie

Un EPIDE (Établissement Pour l'Insertion Dans l'Emploi) verra le jour à Toulouse dans le courant du mois d'avril 2017. C'est le premier à voir le jour dans la région Occitanie. Il proposera 150 places pour les jeunes en difficulté.

Dans un centre EPIDE, les jeunes sont soumis à des règles strictes : port de l'uniforme, debout à 6 heures, levé du drapeau, chant de la marseillaise
Dans un centre EPIDE, les jeunes sont soumis à des règles strictes : port de l'uniforme, debout à 6 heures, levé du drapeau, chant de la marseillaise © Maxppp -

Toulouse, France

Un établissement pour l'insertion dans l'emploi (Epide) pour la région Occitanie ouvrira prochainement ses portes en ville. Situé dans le quartier de Rangueuil à proximité de l'enceinte du lycée Bellevue, l'ancien bâtiment d'examen du rectorat en cours de réhabilitation intégrale accueillera en avril prochain ses 60 premiers élèves pour, à terme horizon printemps 2018, en accueillir 150. Coût total du projet : 5 millions et demi d'euros, à la charge des ministères de la ville, de l'emploi et de la défense.

Un accompagnement d’inspiration militaire

Un Épide, c’est quoi ? Cet établissement s’adresse aux jeunes de 18 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme ni qualification professionnelle. Anciennement nommés Etablissements publics d'insertion de la défense, les Epide, qui n'emploient pas de militaires, "conservent cet ADN", explique la directrice générale Nathalie Hanet. "Le cadre est strict, les volontaires doivent porter l’uniforme, marcher en ordre serré, fonctionner en section de quinze. Ils ont également des taches ménagères à faire, tout cela en plus des cours." Car l'objectif de cette formation de huit mois minimum est de ramener ces jeunes dans la vie active. "Tous les jours ils se lèvent à 6h du matin, doivent faire la levée du drapeau, ranger leur chambre, explique le directeur du centre à Toulouse, Claude Di Nolfo. "De 8h à midi les élèves ont des cours, théoriques. L'après midi c'est la même chose, jusqu'à 19h30, avec des activités, de la pratique. On dîne à 19h30 puis tout le monde à quartier libre jusqu'à 22h30, avant l'extinction des lumière à 23h."

Redonner confiance aux jeunes

Les jeunes suivent aussi un parcours citoyen où il est question de démocratie, de devoir de mémoire notamment. Lorsqu’ils ont réalisé trois actions citoyennes, comme par exemple aider une association à distribuer des repas aux gens dans le besoin, ils obtiennent un diplôme. "L’idée c’est de leur donner confiance pour qu’ils croient en eux", ajouter Nathalie Hanet.

Selon les chiffres de l'Epide, deux jeunes sur trois retrouvent une situation stable une fois sortis de l'établissement : pour 60% d'entre eux on parle d'un contrat à temps plein sur plusieurs mois. Des jeunes qui pour 91% d'entre eux n’ont pas de diplôme autre que le certificat de formation générale ou le diplôme national du brevet, 20% ont arrêté leur scolarité avant la fin du collège et 33% sont issus d’un quartier prioritaire de la politique des villes.

  - Aucun(e)
-

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu