Société

Toulouse : une vague de suicides sur les chantiers du BTP

Par Olivier Lebrun, France Bleu Toulouse et France Bleu jeudi 29 septembre 2016 à 20:41

Les ouvriers du BTP sur le chantier de Toulouse Montaudran Aerospace
Les ouvriers du BTP sur le chantier de Toulouse Montaudran Aerospace © Radio France - Olivier Lebrun

Les ouvriers qui travaillent sur les chantiers de Toulouse Montaudran Aerospace se sont mis en grève pour dénoncer le suicide de l’un de leurs collègues. C’est le 4e suicide en quelques mois sur les chantiers toulousains du BTP.

Après le suicide de quatre ouvriers des entreprises Cofely, Eiffage Construction et Socotrap, leurs collègues des chantiers du futur quartier Toulouse Montaudran Aérospace se sont mis en grève ce jeudi 29 septembre à l'appel de la CGT, pour dénoncer les conditions de travail, les cadences infernales et le stress qui selon eux sont à l'origine de cette vague de suicides.

C’est le suicide de trop

Le suicide de Jean-Paul, la semaine dernière, ouvrier chez Eiffage Construction depuis 16 ans, est à l'origine de la mobilisation de ses collègues. Ils ne veulent plus se taire, car il est le dernier d’une longue série. Son suicide intervient cinq jours après celui de Daniel, retrouvé pendu dans le local technique de l’entreprise toulousaine Cofely. Deux mois encore après, le suicide de Jean-Marc, ouvrier de la Socotrap. L'an passé, un autre salarié d'Eiffage Construction avait mis fin à ses jours en se rendant au travail. Quatre suicides en quelques mois.

Ca ne peut plus durer, nous sommes sous pression, il faut que ça s’arrête, témoigne Philippe, encore sous le choc de la mort de son collègue

"ces collègues qui se donnent la mort, ça ne peut plus durer"

Une pression permanente sur les chantiers

Une centaine de salariés des chantiers voisins, souvent des intérimaires, sont venus soutenir leurs collègues d’Eiffage Construction. Tous dénoncent une pression grandissante sur les chantiers de construction, et un travail dévalorisé.

Il faut toujours aller plus vite, on est toujours derrière nous, répondre aux ordres de cadres eux aussi sous pression qui ne connaissent plus rien au métier, on nous pousse à bout. Alexis, ouvrier chez Vinci

"on est sous pression permanente, on nous pousse à bout"

Le salaire de la peur

La direction du Groupe Eiffage Construction indique que le suicide de son salarié est lié à des raisons familiales, il était surendetté.

Pour Laurent Grosjean, l'un des collègues de Jean Paul, la pression au travail est bien à l'origine de cette vague de suicides.

On travaille à flux tendu, manque de respect, ces tensions permanentes produisent des souffrances qui s’accumulent. De la sous traitance à gogo, on passe d’une boite à l’autre, chantage au licenciement, de restructuration en restructuration, on a affaire à des financiers, la majorité des entreprises ont choisi de manager par une politique de la peur.

"Ce sont des financiers, ils appliquent le management de la peur"

Interrogé, le groupe Eiffage Construction indique qu'il est attentif aux conditions de travail de ses salariés, une cellule psychologique a été ouverte sur le chantier. La direction du groupe de BTP assure qu’une enquête va être ouverte en lien avec le CHSCT de l'entreprise.

Les ouvriers d'Eiffage Toulouse en grève après une vague de 4 suicides sur les chantiers toulousains - Radio France
Les ouvriers d'Eiffage Toulouse en grève après une vague de 4 suicides sur les chantiers toulousains © Radio France - Olivier Lebrun