Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La Tour d'Occitanie à Toulouse sera "la plus ouverte possible aux Toulousains" promet le promoteur

mardi 5 décembre 2017 à 8:57 Par Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie

À Toulouse, les travaux dans le secteur de la gare Matabiau ont commencé fin novembre. Prémisses, entre autres, du futur grand chantier de la Tour d'Occitanie qui devrait s'élever dans les airs toulousains dans cinq ans, si tout va bien. Mise au point.

La Tour d'Occitanie, en haut des allées Jean Jaurès, fera 150 mètres avec ses 40 étages.
La Tour d'Occitanie, en haut des allées Jean Jaurès, fera 150 mètres avec ses 40 étages. - Libeskind/Compagnie de Phalsbourg

Toulouse, France

En mars dernier, la SNCF et la Métropole de Toulouse dévoilaient ce projet de Tour d'Occitanie, sur le site de l'ancien tri postal à deux pas de la gare Matabiau et des allées Jean Jaurès. L'architecte américain Daniel Libeskind à qui l'on doit le nouveau site des Twin Towers à New York a été choisi, ainsi que le promoteur la Compagnie de Phalsbourg qui financera les 130 millions d'euros de constructions et exploitera la tour. Mathieu Boncour, responsable des relations institutionnelles du promoteur était l'invité de France Bleu ce 5 novembre.

La Tour devrait être terminée début 2023. - Aucun(e)
La Tour devrait être terminée début 2023. - Libeskind/Compagnie de Phalsbourg

L'INVITÉ EN UN CLIC - M. Boncour de la Compagnie de Phalsbourg (6'24''), avec Bénédicte Dupont

Bénédicte Dupont : On dit bien Tour d'Occitanie, et non plus Occitanie Tower comme elle a été présentée en mars...

Mathieu Boncour : "Oui, nous avons entendu l'appel des Toulousains qui souhaiter franciser ce nom. Ils ont bien raison, on est donc revenu à Tour d'Occitanie.

150 mètres de haut, en spirale, végétalisés, 40 étages. Voilà pour l'extérieur. L'intérieur, ce sera surtout des bureaux ?

Oui il y aura en effet des bureaux, mais pas uniquement. On y trouvera ce qu'on trouve dans un quartier, alors oui des bureaux pour y travailler, mais aussi des logements pour y habiter. On parle de 100 à 120 logements, un mélange de haut-de-gamme et intermédiaires, d'accessions et de locations. Il y aura aussi des commerces du quotidien, en rez-de-chaussée, 1.300 mètres carrés divisés en trois cellules, comme une supérette par exemple. Et puis, il y aura un hôtel 4 étoiles de 102 chambres. Enfin, des espaces pour se restaurer, un café et un restaurant gastronomique, nous sommes en discussion avec des restaurateurs toulousains. Il reste un peu de marge pour voir avec les habitants ce qu'ils souhaitent. Par exemple, on envisage une salle de fitness mais si demain on entend que d'autres besoins existent, on y travaillera.

Tout le monde pourra y rentrer, monter aux étages. On souhaite que la Tour soit le plus accessible possible aux Toulousains

Qu'est-ce qui sera réellement accessible au quidam, celui qui ni n'habitera ni ne travaillera dans cette Tour ?

Toute la Tour ! C'est ce que nous voulons, garantir la plus grande porosité de cette tour avec le quartier, que les Toulousains puissent y faire leur course et puis appuyer sur le bouton de l'ascenseur et accéder aux étages pour prendre un café ou se restaurer. On ne veut pas d'une tour d'ivoire, elle sera la plus ouverte possible.

Mathieu Boncour, représentant de la Compagnie de Phalsbourg qui financera et exploitera la Tour d'Occitanie - Radio France
Mathieu Boncour, représentant de la Compagnie de Phalsbourg qui financera et exploitera la Tour d'Occitanie © Radio France - Alban Forlot

Travaux au printemps 2019, pour une inauguration fin 2022

Le calendrier, les échéances, les travaux débuteront quand ?

Les travaux devraient commencer à la fin du premier semestre 2019 si tout va bien. Il y a 36 mois de chantier donc on espère la terminer fin 2022.

L'une des critiques qu'on entend parfois : ce sera "trop grand, trop haut, trop chic", trop ambitieux pour Toulouse (NDLR, une pétition circule). Assumez-vous ce côté "too much" ?

Non ce n'est pas "too much", Toulouse est la ville qui a créé le plus d'emplois ces quinze dernières années, la métropole attire 20.000 habitants pas an, c'est l'une des villes les plus attractives de France. Notre ambition est d'accompagner cette formidable croissance, et la requalification d'un quartier. C'est la première pierre d'un très grand projet, le Teso, Toulouse Euro Sud-Ouest qui vise à densifier cette partie de la ville, y construire du logement et de l’activité économique.

Voilà comment on verra la Tour depuis le bas des allées Jaurès qui elles devraient être transformées en "ramblas" avant même le début des travaux de la Tour. - Aucun(e)
Voilà comment on verra la Tour depuis le bas des allées Jaurès qui elles devraient être transformées en "ramblas" avant même le début des travaux de la Tour. - Libeskind/Compagnie de Phalsbourg

Avec ou sans LGV

Les atermoiements du projet de LGV font-ils peur à la Compagnie de Phalsbourg ? Si la grande vitesse n'arrive pas à Toulouse, cela remet en cause votre projet ?

Pas du tout. Toulouse n'a pas besoin de la grande vitesse pour être attractive. C'est Toulouse qui se développe à grande vitesse. La LGV ne conditionne pas du tout le projet, nous le mènerons à terme avec ou sans LGV.

Comment cela fonctionne pour trouver les entreprises qui occuperont cette Tour, installer leurs bureaux dedans ?

Ce sont les entreprises qui nous contactent pour savoir comment occuper cette Tour ? C'est une offre assez qualitative en plein centre-ville, avec des loyers importants, des prix dans la fourchette haute du marché. Les entreprises veulent revenir dans le cœur de la métropole, on va le leur permettre.

Que symbolise cette Tour, l'ancrage de Toulouse parmi les grandes métropoles européennes ?

Exactement. C'est l'ambition de Toulouse de compter parmi les grandes villes françaises et européennes. C'est aussi le symbole d'une meilleure qualité de vie, et une meilleure qualité architecturale pour le quartier qui jusque là avec les allées Jean Jaurès étaient un peu malheureuse (NDLR : les travaux des ramblas devraient se conclure fin 2019)".

La Compagnie de Phalsbourg est aussi impliquée dans un autre projet toulousain, une fondation artistique sur l'île du Ramier en lieu et place de l'ancien restaurant universitaire Daniel Faucher, en collaboration avec le président de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, l'artiste toulousain Jean-Marc Bustamante.

LIRE AUSSIEN IMAGES - Découvrez la Tour d'Occitanie, le futur gratte-ciel de Toulouse