Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le Tour Voile 2018

Tour de France à la voile : objectif victoire chez les amateurs, pour les jeunes Dunkerquois

jeudi 5 juillet 2018 à 2:04 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Ce sont les ultimes préparatifs du Tour de France à la voile, à Dunkerque, sur la digue de Malo. Ce vendredi, débutent les régates de cette quarantième édition, avec une trentaine de bateaux engagés pour 17 jours de mer. Et parmi ces bateaux, celui des jeunes Dunkerquois.

Cinq des six coéquipiers de Voile ambition Dunkerque, avec leur entraîneur. Objectif : la victoire chez les amateurs.
Cinq des six coéquipiers de Voile ambition Dunkerque, avec leur entraîneur. Objectif : la victoire chez les amateurs. © Radio France - Matthieu Darriet

Dunkerque, France

Sur ce Tour de France à la voile 2018, l’objectif des Dunkerquois est de finir dans les dix meilleurs bateaux. Mais ils veulent surtout remporter la première place chez les amateurs, après une troisième place l’année dernière, souligne Clément Meister, co-skipper de Voile ambition Dunkerque : 

Les résultats de la pré-saison montrent qu'on est capables d'aller la chercher. Après, ça reste des régates qui durent trois ou quatre jours, là on part pour plus de deux semaines et demie. C'est long, on voit même des équipes professionnelles qui craquent à deux doigts de l'arrivée. Au final, tout peut se jouer jusqu'à la fin.

Car si le Tour de France est une compétition très rapide, avec des petits trimarans qui sont de véritables formule 1 des mers, la compétition peut se perdre dans la logistique. Les bateaux sont démontés entre chaque étape, souligne Pierre Soret, 19 ans : 

Ça se joue beaucoup à terre. La moindre petite erreur, le moindre bout de scotch qui manque et on peut démâter comme l'année dernière. La fatigue compte beaucoup pour les erreurs.

Des équipiers très investis dans la projet

Même s’ils sont engagés dans une compétition internationale de haut-niveau, les équipiers dunkerquois s’investissent, au-delà de la course, dans le projet porté par l’agglo de Dunkerque, raconte Luc Meurisse, le Président de Voile ambition Dunkerque : 

Ce n'est pas du tout cuit pour eux. C'est un vrai engagement. Ils ont un budget et ils doivent s'occuper de tout, de la décoration du bateau, du matériel de réparation, des modalités d'entraînement, des courses de préparation et même des chambres d'hôtel.

Pour autant, les amateurs dunkerquois ont pu s’entraîner comme des pros, avec deux bateaux. De quoi progresser très vite, raconte Rémi Tachon, l’entraîneur : 

Avec un seul bateau quand on s'entraîne, on a toujours l'impression d'être le meilleur du mode, mais avec deux, il y a une confrontation, des réglages différents. Ça ajoute de l'émulation et de la motivation. On voit tout de suite si on est dans le vrai ou pas.

Verdict donc à partir de ce vendredi, avec trois premiers jours de navigation à Dunkerque. Et dimanche, départ vers Dieppe, par la route.