Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tour Eiffel : trop chère la dame de fer !

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La société d'exploitation de la Tour Eiffel est épinglée par la Cour régionale des Comptes. En cause : un accueil pas à la hauteur, peu d'efforts de gestion, une envolée des salaires... Mais surtout une envolée des prix !

Le prix d'entrée de la Tour Eiifel a bondi de 47% en quelques années.
Le prix d'entrée de la Tour Eiifel a bondi de 47% en quelques années. © Maxppp - Aurelien Morissard

Rester sur le plancher des vaches pour admirer la dame de fer... Une déconvenue pour de plus en plus de familles. C'est le constat établi par la Cour régionale des Comptes d'Île-de-France dans un rapport rendu public ce lundi 27 juillet. 

Les Sages pointent surtout l'envolée des prix d'accès au monument parisien. En trois, le prix du billet a augmenté de 47% ! Il s'élève aujourd'hui à 25,90 euros, contre 17 euros auparavant pour monter jusqu'au sommet. Plus d'un visiteur sur trois (37%) juge d'ailleurs le rapport qualité/prix mauvais. Et la cour des comptes pointe un paradoxe : les touristes étaient nombreux ces deux dernières années à Paris et pourtant la fréquentation de la Tour Eiffel a chuté. Cela est dû également à des fermetures régulières du site.

Les fermetures du site sont fréquentes. Si l’on intègre les pannes d’ascenseurs, la proportion de jours affectés par une perturbation des visites sur la période 2016-2018 a atteint 16,9 %, soit en moyenne 1,2 jour par semaine. - Cour régionale des Comptes

Une masse salariale qui augmente, mais surtout des temps d'attente trop longs

Un prix surtout, qui n'est pas justifié... La hausse des tarifs devait permettre des investissements, notamment pour créer un centre d'accueil au pied du monument. Un centre qui n'a pas vu le jour, qui n'est même pas à l'état de "projet précis" estime la cour.  La hausse des tarifs a en fait surtout permis d'accroître la masse salariale : les salaires et les effectifs ont grimpé, notamment chez les cadres : 29 de plus en trois ans. "Cette hausse des tarifs a permis d’augmenter les effectifs et les rémunérations des personnels et des dirigeants de la Société d’exploitation de la Tour Eiffel (SETE), gestionnaire du site", déplore la Cour des Comptes.

Mais en plus du prix, le gros point noir concerne le temps d'attente. "La Tour Eiffel pâtit de délais d’attente qui cristallisent le mécontentement de nombreux visiteurs et qui nuisent à son image", estiment les Sages. 83% des visiteurs attendent plus d'une heure ! C'est le principal motif de mécontentement . "Dans ces conditions, la chambre estime que la Ville de Paris, propriétaire du monument, devrait préciser ses projets concernant le site et réexaminer les modalités de son contrôle sur la gestion de la SETE", conclut la Cour des Comptes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess