Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Touraine : plus de 53.000 signatures de soutien en faveur d'un maraîcher bio de Braye-sur-Maulne

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

A Braye-sur-Maulne, petit village de 160 habitants au nord-ouest de l'Indre-et-Loire, un maraîcher bio est sommé de démonter sa yourte, installée au milieu de ses champs depuis 2019, mais sans autorisation. Une pétition de soutien a déjà recueilli plus de 53.000 signatures.

La yourte de Manuel Guérin est installée dans ses champs, à proximité immédiate de ses serres
La yourte de Manuel Guérin est installée dans ses champs, à proximité immédiate de ses serres © Radio France - Annabelle Wanecque

La mobilisation s’organise dans un petit village du nord-ouest de l’Indre-et-Loire, Braye-sur-Maulne, 160 habitants, tout près de Château-la-Vallière. Un maraîcher y cultive depuis six ans des légumes bio, il y élève aussi 200 poules pondeuses. Chaque semaine, il livre des paniers de produits locaux à 110 foyers du département, via trois Amap.

Depuis deux ans, il a installé une yourte sur son terrain, pour vivre au plus près de son exploitation. Une yourte que la mairie lui demande désormais de démonter.

Plus de 53.000 signatures de soutien

Manuel Guérin n'a pas déposé de permis de construire, et il se retrouve aujourd'hui dans un imbroglio administratif. Pour le soutenir, et réclamer le maintien de sa yourte, une pétition a déjà recueilli plus de 53.000 signatures.

Manuel Guérin n'a pas installé sa yourte par hasard. D'une soixantaine de mètres carrés, cette maison mobile, en quelque sorte, est posée sur pilotis, pile entre ses jardins maraîchers et ses élevages de poules pondeuses. "La yourte me permet d'être sur place, de ne pas faire de trajets matin et soir pour ouvrir aux poules, les enfermer". 

Quand il l'installe il y a deux ans, il n'a que l'accord oral du maire de l'époque. Mais l'an dernier, la municipalité change de mains et la nouvelle élue lui demande de régulariser sa situation. Il dépose alors un permis de construire, finalement rejeté pour des questions de forme. La maire lui demande de démonter sa yourte mais Manuel Guérin dépose un recours.

L'avenir de l'exploitation en jeu

S'il perd une deuxième fois, il l'assure, c'est toute son exploitation qui est remise en jeu. "Ça me permet de ne pas acheter une maison, ou d'en louer une. C'est plus simple économiquement. Tout ce que je vais devoir sortir demain pour une location, je pourrai pas l'avoir sur mon compte pour l'investir, développer mon activité". 

Il va déposer un nouveau permis de construire, mais il reconnaît que ça va être compliqué. "Les habitats légers ne rentrent pas dans les cases. L'administration n'en veut pas. Ça devrait être promu car ça n'abîme pas la terre, c'est éphémère". Lui compte bien la démonter en effet, pour s'installer dans la ferme de ses parents, mais dans quelques années seulement.

Ça développe une petite commune comme la nôtre - L'initiateur de la pétition

C'est un habitant du village qui a mis en ligne la pétition. Dominique Ménard est aujourd'hui surpris par l'ampleur prise par son initiative, il y a même des signataires qui viennent du sud et de l'est de la France. Pour lui, la yourte est indispensable à l'activité de Manuel Guérin, et cette activité est indispensable au village. "Quand un jeune veut s'installer, développer une activité, ça développe une petite commune comme la nôtre. On n'arrête pas de parler de retour au local, on est en plein dedans !"

Manuel Guérin doit déposer un nouveau permis de construire d'ici le 5 mai. L'administration aura ensuite deux mois pour lui répondre. Sollicitée à plusieurs reprises, la maire n'a pas répondu à nos demandes d'interview.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess