Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : La Bazoche, une pension de famille où on peut trouver de l'aide grâce à la Fondation Abbé Pierre

-
Par , France Bleu Touraine

En Indre-et-Loire, la Fondation Abbé Pierre dispose de 3 pensions de famille mises à l'honneur ce vendredi sur M6. Ces structures accueillent des personnes isolées ou exclues, et qui n'ont pas accès à un logement ordinaire.

La Fondation Abbé Pierre est à l'origine de ces pensions de familles
La Fondation Abbé Pierre est à l'origine de ces pensions de familles © Maxppp - Christophe Morin/IP3

Ce vendredi soir, M6 diffuse une émission spéciale dédiée à la Fondation Abbé Pierre. Cela commencera par un spectacle avec 50 artistes, humoristes, suivi d'un reportage au cœur d'une pension de famille.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Une occasion de parler des 3 pensions de famille d'Indre-et-Loire. Il y a 54 places dans le département. Comme ailleurs, l'idée est de répondre au mal-logement et au problème d'exclusion. Il s'agit de personnes qui se trouvent dans une situation d’isolement ou d’exclusion lourde, et dont la situation sociale et psychologique, voire psychiatrique, rend impossible à échéance prévisible leur accès à un logement ordinaire. Le taux de renouvellement est relativement faible, ce qui oblige ceux qui gèrent la structure à s'adapter. Delphine Picard est le directrice des pensions de famille. Les gens qui arrivent ici ont connu des parcours de rue. Avec un vieillissement prématuré. On sait aujourd'hui que l'espérance de vie à la rue est de 47 ans. Donc quand ils arrivent chez nous, ils ont pas mal de difficultés physiques. Donc on mène des actions spécifiques auprès de notre public pour les accompagner et les protéger au mieux. 

J'ai eu de gros problèmes de santé. J'étais difficilement réintégrable dans la société. J'ai trouvé cette solution qui est parfaite pour moi - Guillaume résident

Une des 3 pensions de famille d'Indre-et-Loire, juste derrière la Cathédrale de Tours, s'appelle "La Bazoche". La structure accueille 20 résidents (hommes et femmes) dont 14 dans les locaux, et 6 autres vivent dans des petits appartements à moins de 5 minutes à pied.  Comme ailleurs, l'idée est de répondre au mal-logement des personnes en grande exclusion, en grande souffrance. Sur le mur de la salle commune, au rez-de-chaussée de la Bazoche, la photo des premiers résidents, c'était en 2008. Au premier plan, Guillaume qui est encore là. Ici on est chez soi mais pas seul. Si on a besoin de quelqu'un, on peut toujours descendre de son appartement et trouver une réponse ou une aide. Et ça c'est très important. 

Maurice, 50 ans, est l'un des derniers arrivés dans la pension.  Parce que j'ai eu de gros problèmes d'alcool. Cela fait 1 an que j'ai arrêté de boire. Sans la pension de famille, j'aurai pas pu m'arrêter. Ici, on accueille des gens en grande souffrance. 

Les craintes, les peurs des voisins du très chic quartier Cathédrale à Tours se sont atténuées au fil des années insiste Delphine Laugier, la directrice de de cette pension de famille.  Pour elle, sans la pension, ces personnes seraient dans la rue, dans un foyer ou hospitalisées......

L'idée c'est de créer un esprit familial, avec de la solidarité, de la bienveillance

Tous les résidents payent un loyer pour vivre à la Bazoche :  350€ d'APL et entre 80 et 100€ par mois de reste à charge, pour une pension complète.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess