Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : la justice examine la demande d'expulsion du squat Plan B

-
Par , France Bleu Touraine

Le tribunal d'instance de Tours va examiner ce jeudi la demande du propriétaire d'un appartement de Tours squatté depuis plus d'un an par un collectif d'associations. Des jeunes en situation irrégulière y sont hébergés depuis décembre 2018.

5 à 6 lits composent les chambres de l'appartement occupé par le collectif plan B à Tours
5 à 6 lits composent les chambres de l'appartement occupé par le collectif plan B à Tours © Radio France - A. Lepère

Ce jeudi matin, à 9h, le tribunal d'instance va étudier le procédure d'expulsion du Plan B, un squat rue Deslandes à Tours, dans le quartier Velpeau. Depuis le 13 décembre 2018, un collectif d'associations avait décidé de prendre possession d'un appartement de 100 m² pour un mettre à l'abri des jeunes en situation irrégulière, des dizaines de jeunes qui dormaient à la rue sans solution de logement. C'est le propriétaire qui demande l'expulsion. La justice mettra sa décision en délibérée ce matin mais l'ordre d'expulsion ne fait aucun doute

Un lieu qui a servi de refuge à des centaines de jeunes pendant plus d'un an

Au total, le collectif d'associations assure que 542 jeunes ont dormi dans l'appartement au moins une nuit entre le 13 décembre 2018 et le 1er janvier 2020. Un nombre qui grossit encore. Rien qu'en ce moment, ils sont une quarantaine tous les soirs à dormir à l'abri. Ce sont des jeunes en situation irrégulière. Ils se disent tous mineurs, ce que contestent les services du Conseil départemental qui est en charge de la protection de l'enfance. Des recours sont déposés auprès du juge des enfants. Sur une centaine de jeunes qui ont demandé arbitrage auprès de la justice, "60% ont été reconnus mineurs" selon l'association Utopia 56.   

Sans ce lieu d'hébergement, rien n'aurait été possible. L'association Utopia 56 

Les jeunes hébergés ont pu être accompagnés pour être reconnus mineurs, ils ont pu avoir un suivi médical. Des démarches de scolarisation ont pu être entreprises. "Sans ce lieu, avant, toute notre énergie servait à leur trouver chaque soir un hébergement en urgence" dit Utopia 56. Une situation qui devrait redevenir réalité dès l'ordre d'expulsion prononcé par la justice, "car derrière le Plan B, il n'y a aucune solution" dit Utopia 56. Une demande de relogement pour les jeunes a été formulée auprès de la mairie de Tours, la préfecture, le Département, sans réponse pour l'instant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu