Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : la manifestation des policiers suscite une vive réaction chez les magistrats

-
Par , France Bleu Touraine

Une bonne centaine de policiers a manifesté ce vendredi matin à Tours pour protester contre la condamnation d'un collègue lundi dernier. Ce rassemblessement fait l'objet d'un ferme rappel à l'ordre de la part du président du tribunal judiciaire.

Le rassemblement des policiers ce vendredi matin à Tours était organisé à l'appel de 3 syndicats
Le rassemblement des policiers ce vendredi matin à Tours était organisé à l'appel de 3 syndicats © Radio France - Denis Guey

Entre 100 et 150 policiers ont manifesté ce vendredi matin devant le Palais de Justice de Tours à l'appel de plusieurs syndicats de policiers (Unité SGP-Police Force ouvrière, Unsa, Alliance et Alternative CFDT). Jeudi soir déjà, un autre rassemblement avait réuni une quarantaine de policiers venus là encore pour manifester leur mécontentement après la condamnation d'un de leur collègue en début de semaine. Lundi dernier, un gardien de la paix tourangeau a été condamné à six mois de prison avec sursis et 18 mois d'interdiction d'exercer le métier de policier.

Une forme de pression sur les magistrats ?

Mais cette manifestation a vivement fait réagir le président du Tribunal de Tours. Au-delà de l'aspect sanitaire (violation du couvre-feu), Christophe Régnard, qui a longtemps été à la tête de l'Union Syndicale des Magistrats, ne veut pas laisser passer "ce qu'il considère comme une forme de pression sur les magistrats". Il rappelle qu'il est dans son rôle, "celui de rappeler que la Justice se rend dans les prétoires et non pas dans la rue". Christophe Régnardajoute que "la Justice doit pouvoir passer sereinement sans pressions d'où qu'elles viennent et que si le respect des procédures s'impose à tous les citoyens, il s'impose sans doute plus encore aux policiers".

La Justice se rend dans les prétoires et non pas dans les rues - Le président du Tribunal de Tours

La manifestation de Tours a été vivement critiquée par la magistrature
La manifestation de Tours a été vivement critiquée par la magistrature © Radio France - Denis Guey

Selon le président du Tribunal Judiciaire de Tours, la décision de justice rendue lundi à l'encontre du policier est particulièrement motivée, en plus elle n'est pas définitive puisque le policier a interjeté appel. Mais pour Thierry Pouilloux, délégué de SGP Police, "on sent une tension, un acharnement sur notre police de Tours. Il y a des choses qu'on ne doit pas faire. On l'entend tous. Mais on doit être jugé sur un pied d'égalité. On trouve la sanction trop forte vis à vis de notre collègue. Une telle sanction pour une claque. On est désabusé aujourd'hui"

On doit être jugé sur un pied d'égalité - Thierry Pouilloux, délégué de SGP Police

De son côté, Pierrick Brillaud, responsable du syndicat Alliance de Joué-les-Tours, estime "que les policiers ne font pas pression sur la justice. Mais la justice ne doit pas être à charge. Elle doit être neutre et s'en tenir aux faits. On est trainé dans la boue et ce n'est plus acceptable. On ne se reconnait plus dans les ordres qui sont donnés". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess