Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tours : le diocèse demande aux migrants de quitter l'église Saint-Libert

dimanche 22 avril 2018 à 11:34 Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine

Dans un communiqué, le diocèse de Tours dénonce l'occupation de l'église Saint-Libert de Tours par des associations. Depuis deux semaines, une trentaine de migrants sans-abri a pris place dans l'église pour dormir. Le diocèse parle d'une "occupation illicite" et appelle à une concertation.

Le diocèse de Tours dénonce "l"occupation illicite de l'église"
Le diocèse de Tours dénonce "l"occupation illicite de l'église" © Radio France - Bastien Deceunink

Tours, France

Deux semaines après avoir pris place dans l'église Saint-Libert, à Tours, les associations de solidarité et les migrants vont devoir quitter les lieux. Demande du diocèse de Tours, par l'intermédiaire de l'archevêque de Tours Monseigneur Bernard-Nicolas Aubertin. Il est allé ce samedi à la rencontre de la trentaine de migrants pour leur demander solennellement de quitter l'église. 

Une "occupation illicite" 

Dans un communiqué, le diocèse parle d'une "occupation illicite" : "En effet, des associations tourangelles ont fait venir des familles de migrants sur un site du diocèse, sans avis ni autorisation et en dépit de la dangerosité du lieu. Ce terrain, comportant une maison d'habitation et une chapelle, a été fermé depuis plusieurs mois. Il est destiné à être vendu et rasé car les bâtiments présentent des fissures et sont sur un terrain instable. Il est donc impératif de cesser l’utilisation de ce site de toute urgence."

Reloger ces sans-abri 

Mais le diocèse a conscience de la situation difficile de ces migrants : "Nous appelons de nos vœux la concertation entre les différentes associations, l’État et les collectivités publiques, afin qu'elle aboutisse au plus vite pour que ces personnes, enfants mineurs d’abord, et adultes, soient prises en charge dans des conditions dignes."