Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tours : les livreurs de repas à vélo envahissent le centre-ville

lundi 8 octobre 2018 à 5:53 Par Aurore Richard, France Bleu Touraine

En un an, le nombre de livreurs de repas à vélo a été multiplié par quatre dans le centre-ville de Tours. La demande ne suit pas et la concurrence devient rude.

Un livreur fait en moyenne entre 10 et 15 courses dans une journée.
Un livreur fait en moyenne entre 10 et 15 courses dans une journée. © Radio France - Aurore Richard

Tours, France

Vous avez sûrement remarqué ces livreurs à vélo, un peu partout dans les rues de Tours. Ils vous apportent votre repas à domicile, quasiment à toute heure de la journée et de la soirée. Deliveroo est arrivé en 2016, UberEats en 2017, et le nombre de livreurs a explosé. Ils sont passés d'une petite centaine en 2017 à quasiment 400 en centre-ville, en 2018. Mais la demande ne suit pas et la concurrence devient rude. 

Frédéric livre des repas à vélo à Tours depuis sept mois. Il peut faire jusqu'à 15 courses par jour mais _depuis quelques mois, il ne dépasse pas les 10 courses journalières_. Cela a un impact sur ce qu'il gagne à la fin du mois. "Là, au lieu de faire 2 000 euros par mois, je fais 1 500 euros", regrette-t-il. 

L'une des explications, c'est que le nombre de livreurs a beaucoup augmenté chez UberEats. "Quand j'ai commencé, on devait être 170 et là, on ne doit pas être loin de 300", souligne ce tourangeau. 

Certains livreurs envisagent de travailler pour UberEats et Deliveroo

Pourtant, la demande n'a pas doublé. Du coup, Julien, un autre livreur a ses petites techniques. "Là, il y a un Mc Do, donc on se met une rue derrière, et puis après on attend. Ensuite, il faut aller vite !", reconnaît le jeune homme. 

Il ne peut pas se permettre de gagner moins car livreur, c'est son unique métier. Il doit donc réussir à en vivre et il a une idée en tête pour s'en sortir. Il envisage d'avoir deux casquettes : livreur UberEats et livreur Deliveroo.