Société

Tours Nord : la visite de la caserne des pompiers attire beaucoup de curieux

Par Jérôme Collin, France Bleu Touraine samedi 12 septembre 2015 à 18:40 Mis à jour le samedi 12 septembre 2015 à 18:47

Il fallait faire la queue pour prendre la pose devant les camions
Il fallait faire la queue pour prendre la pose devant les camions © Radio France - Jérôme Collin

Ce samedi, la caserne des sapeurs pompiers de Tours Nord ouvrait ses portes au public. Une journée pour se prendre en photo devant les camions, grimper sur la grande échelle ou encore discuter avec certains soldats du feu. Et pour certains, la vocation est toute trouvée.

Cela faisait onze ans que la caserne de Tours Nord n'avait pas organisé de journée portes ouvertes. Pas étonnant alors de voir que les curieux se sont massés pour notamment admirer les camions. Le public était très familial, avec beaucoup de jeunes enfants venus découvrir l'univers des pompiers. 

Beaucoup de curieux sont venus découvrir l'univers des pompiers

Des activités étaient proposées. Le groupe de reconnaissance et d'intervention en milieux périlleux s'est illustré en simulant une intervention. Des chiens secouristes, chargés de retrouver des personnes coincés sous des débris, ont aussi été à l'honneur. Il était aussi possible de grimper sur la grande échelle.

L'objectif de cette journée portes ouvertes est de présenter au public la diversité des interventions des pompiers. Le but est aussi de créer des vocations. "A Tours Nord, nous n'avons pas de mal à trouver des pompiers volontaires, explique le lieutenant Kahina Benfifi, commandante adjointe de la caserne de Tours Nord. Mais dans les campagnes, c'est plus dur. C'est donc toujours bien de susciter l'intérêt de nouvelles personnes."

Les enfants de plus de 11 ans pouvaient monter sur la grande échelle - Radio France
Les enfants de plus de 11 ans pouvaient monter sur la grande échelle © Radio France - Jérôme Collin
Des modèles anciens de camions étaient exposés. - Radio France
Des modèles anciens de camions étaient exposés. © Radio France - Jérôme Collin