Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tours : comme un besoin pressant de toilettes publiques

-
Par , France Bleu Touraine

A Tours, la recherche de cabinets se finit souvent dans un café. Avec 25 toilettes publiques mixtes, la ville peine à répondre à l'un de nos besoins les plus primaires.

Chaque année jusqu'à 200 000 personnes utilisent les toilettes publiques gratuits à Tours
Chaque année jusqu'à 200 000 personnes utilisent les toilettes publiques gratuits à Tours © Radio France - Julien Penot

Tours, France

"Déjà faut en trouver, ensuite c'est payant et pour finir c'est vraiment très sale", résume Steven en grimaçant. Malgré l'installation de toilettes publiques mixtes, payants ou gratuits, le jeune homme se rabat souvent chez les cafetiers.  

Toilette s'il vous plaît ?!

On en compte 25 à Tours, dont huit gratuits, mais leurs propretés laissent à désirer selon Gilles : "Les gens pourraient être un peu plus soigneux que de laisser leurs papiers par terre. L'odeur est désagréable. Alors on a le choix entre payer 50 centimes et que ça soit propre, ou aller dans les W.C gratuits, mais sales." 

Et le choix est vite fait pour certains, qui n'hésitent pas à toquer aux portes des restaurants et des cafés. Mais là, le savoir-vivre veut que le client doit consommer pour profiter des cabinets. Un geste qui n'est pas suivi par tous. "S'ils nous forcent, d'accord. Mais bon, des fois tu rentres en douce et ça passe", rigole Robin. 

Ils y vont sans rien demander et souillent nos toilettes" - Christine, serveuse à Tours

Une attitude qui fait grincer des dents les restaurateurs, comme Christine : "Nos toilettes ne sont pas respectés et après nos clients nous font le reproche que ce n'est pas propre". Pour Patrick, la tendance c'est tout de même calmer : "Il y en a au moins une dizaine par jour. Quand je suis arrivé, il y a trois ans c'était pire, il y en avait trente. Aujourd'hui je leur dis qu'il y a les toilettes publiques gratuits".

Tout le monde trouve ça très bien, sauf quand c'est à côté de chez-soi" - Brice Droineau, en charge de la propreté à la mairie de Tours.

Si beaucoup sont favorables à l'installation de toilettes publiques, rares sont ceux qui accepteraient d'en avoir dans leurs rues. "C'est comme les conteneurs enterrés, tout le monde trouve ça très bien, sauf quand c'est à côté de chez soit", décrit Brice Droineau, en charge de la propreté à la mairie de Tours. 

Pour l'élu, le nombre de toilette publique est actuellement suffisant : "C'est un service public accessible à tous et l'important est que ça corresponde à une demande de la population. On va en implanter un dans le quartier Monconseil", au nord de Tours. Une installation qui verra le jour cette année, pour un coût de 30 à 40 000 euros. 

Sur les 25 toilettes publiques, huit sont gratuits et utilisés par 200 000 personnes chaque année, dont un quart juste pour celui du boulevard Heurteloup.  A titre de comparaison, la ville d'Angers en compte 34, 21 pour Orléans et 36 pour Le Mans.

Choix de la station

France Bleu