Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tours : un bus pour parler de la fin de vie

mercredi 4 juillet 2018 à 8:23 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

L'association pour le droit de mourir dans la dignité organise un tour de France pour sensibiliser l'opinion sur les directives anticipées qui permettent d'organiser plus sereinement sa fin de vie. Le bus est à Tours cet après-midi.

Lors d'une manifestation de l'ADMD en 2015 près de l'assemblée
Lors d'une manifestation de l'ADMD en 2015 près de l'assemblée © Maxppp - Christophe Morin/IP3

Tours, France

C'est un sujet qui fait débat depuis de nombreuses années en France, celui de la fin de vie. Depuis quelques jours un bus sillonne la France l'été pour la 4e année consécutive. Le bus de l'ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) fait étape de 12h à 17h à Tours place Anatole France.

Remplir une directive anticipée quand on est en bonne santé

Cette tournée a pour but de sensibiliser la population à la fin de vie et sur les dispositifs existant actuellement, notamment la rédaction des directives anticipées et la désignation des personnes de confiance. En Indre-et-Loire cette association qui défend le libre choix de chacun de mourir dans la dignité compte environ 750 adhérents, près de 70.000 en France. Ce sont les jeunes de cette association qui se mobilisent pour cette opération. C'est le cas de Michael Delafontaine, un tourangeau de 40 ans qui a rempli une directive anticipée sur sa fin de vie et qui a donné pouvoir à 3 personnes de son entourage pour appliquer ses volontés.  On ne comprend pas pourquoi quelqu'un aurait plus de droit sur nous de ce qu'on doit faire de nos derniers instants. Pourquoi une religion, pourquoi un médecin déciderait à notre place ? L'immense majorité de la population est favorable à pouvoir décider librement de sa mort, mais ça n'avance pas. On voit beaucoup de frilosité. On temporise. C'est très lent et il reste beaucoup à faire. C'est pour ça qu'on agit cet été.

Le bus de l'ADMD fait étape dans 25 villes et s'achèvera à Nancy le 31 juillet.