Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : se cultiver et se divertir chez soi

Tous confinés: Anny Duperey "J'aurai voulu être en Creuse"

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Limousin

Notre chronique "Tous confinés" nous fait entendre aujourd'hui une voix pleine de sourire. Celle d'Anny Duperey. L'actrice et écrivain est une fidèle du Limousin et notamment de la Creuse.

Anny Duperey, confinée à Paris mais amoureuse de la Creuse
Anny Duperey, confinée à Paris mais amoureuse de la Creuse © Maxppp - Frédéric Dugit

Le confinement se prolonge, mais il n'a pas eu raison du rire et de la fraicheur d'Anny Duperey. L'actrice et écrivain se confie pour France Bleu.

Comment vivez vous ce confinement ?

"Ce confinement pour moi, il se passe à Paris, car j'étais dans la capitale quand cela a été décidé. J'ai hésité à prendre ma voiture et mes deux chats pour filer tout de  suite, tout de suite en Creuse. Et puis voila, je me suis dit que j'allais être là bas un peu isolée, puisque j'ai une maison à l'écart dans un lieu-dit (sur la commune de Châtelus-Malvaleix), que je serai obligée de me déplacer pour les ravitaillements, alors j'ai trouvé plus prudent de rester sur place à Paris."

"Je suis seule malheureusement, sans mes enfants et ma famille mais avec du monde autour, des voisins avec qui on peut se parler d'une fenêtre à l'autre. Voila, je suis donc à Paris."

A quoi ressemble votre quotidien, avez vous un truc pour garder le moral ?

"Je me suis aperçue que l'on peut fort bien trainer en chemise de nuit jusqu'a midi, une heure de l'après-midi,  et ça c'est une catastrophe ! Je me suis fait une règle absolue de m'habiller dès le réveil, et comme ça on est sur le pont. Un pont un peu solitaire, un peu bizarre, mais bon les artistes, on a un peu une chance. On est créatifs, même si on est un peu angoissé. 

"Moi je suis une manuelle par exemple, je couds. On peut peindre, dessiner, faire des choses comme ça qui vous remplissent le temps bien que la concentration soit difficile."

Un conseil de lecture ?

"Je vous suggérerai de lire un très beau livre que j'aime beaucoup, qui fait du bien. C'est de Didier Van Cauwelaert, qui est un bon ami. Ca s'appelle "La bienveillance est une arme absolue", c'est un de ses derniers livres et c'est vraiment celui qu'il faut lire en ce moment, car il va y avoir des choses  assez pénibles qui vont se passer vous savez."

"Quand il y a des événements imprévus comme cela, il y a toujours une crise d'égoïsme, d'égocentrisme, voire de rejet de l'autre..alors il faut lire des choses qui vous font du bien."

Une lecture d'Anny Duperey sur YouTube

"Didier a mis en place un projet: "Une heure de lecture avec Didier Van Cauwelaert." On trouve cela sur YouTube. Alors pour lui, je vais enregistrer "Mes chats de hasard", le livre dont j'avais fait un spectacle. Alors évidemment, ce ne sera pas comme sur scène, puisque je serai sans mon musicien et sans lumières, mais au moins je vais lire ce texte qui sera en tournée je l'espère bien l'année prochaine."

Quand on sortira de cette situation, quelle sera la première chose que vous ferez à votre retour en Creuse ?

"Je me précipiterai sur mon potager ! Dieu merci le gouvernement a autorisé la réouverture des jardineries. Il y'avait quelque chose d'injuste car les grandes chaines pouvaient ouvrir, alors que mon cher camarade Glomot (l'expert de France Bleu Creuse) ne pouvait plus exercer. Bon ça maintenant ça y'est, les plants de légumes sont un produit de première nécessité, et j'en suis très heureuse."

"Et puis bien sûr, la première chose que je voudrais faire, c'est d'aller embrasser mes enfants, mais je crains que nous ne soyons pas sortis de l'auberge. Je souhaiterai qu'il y ait un dépistage en masse. On va rester optimiste. En attendant, occupez-vous de vos voisins. Même de loin , prenez des nouvelles !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu