Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réouverture des terrasses le 19 mai : pour certains "ça ne rime à rien", selon l'UMIH en Franche-Comté

-
Par , France Bleu Besançon

Tous les bars et restaurants ne rouvriront pas leur terrasse le 19 mai 2021 en Franche-Comté, selon le président de l'UMIH en Franche-Comté. À cinq jours de la réouverture, Bernard Champreux explique que les contraintes sont trop nombreuses pour certains établissements.

Certains sont dans les starting-blocks pour rouvrir, pour d'autres cela ne vaut pas encore le coup
Certains sont dans les starting-blocks pour rouvrir, pour d'autres cela ne vaut pas encore le coup © Radio France - Vincent Hulin

À cinq jours de la réouverture des terrasses le 19 mai 2021, de nombreux professionnels travaillent d'arrache-pied pour être prêts. Pour d'autres, cela ne vaut pas le coup. Selon Bernard Champreux, le président de l'UMIH Franche-Comté, l'Union des Métiers et Industries de l'Hôtellerie, les contraintes sont trop fortes pour certains restaurateurs et cafetiers. 

La météo, le couvre-feu ou encore l'obligation d'installer des plexiglas multiplient les contraintes

Pour ceux qui vont vraiment rouvrir : ça lustre, nettoie, remet les machines qui n'ont pas tourné depuis plus de six mois. "Nous avons des professionnels qui ont des terrasses et vont rouvrir sans difficulté, avec quelques contraintes tout de même. Nous sommes tributaires de cette météo, donc ceux qui ont prévu d'ouvrir avec des réservations feront sûrement plus de vente à emporter, puisque l'on ne nous annonce pas une météo favorable dans les jours à venir," explique Bernard Champreux.

Dans un établissement comme le mien, cela ne rime à rien de rouvrir.

Bernard Champreux gère un hotel-restaurant "Au Mastroquet" à Gray, en Haute Saône. Il a décidé de pas rouvrir ce 19 mai, mais de poursuive le click and collect jusqu'au 09 juin.

"Il y a de nombreuses contraintes" : Bernard Champreux, lePrésident de l'UMIH Franche-Comté, l'Union des Métiers et Industries de l'Hôtellerie.

"Dans un établissement comme le mien cela ne rime à rien de rouvrir, explique-t-il. En ruralité et seulement jusqu'à 21 heures : que ce soit à demi-jauge en terrasse ou à 100% avec dix tables maximum... Mais avec plexiglas ou paravents, comme le gouvernement vient seulement de le préciser. Ce n'est pas du tout rentable, je vais perdre de l'argent parce que déjà c'est un coût et tous les restaurateurs concernés ne vont pas pourvoir s''équiper du jour au lendemain."

Un autre contrainte, financière, s'interpose : "avec ce couvre feu, certes repoussé jusqu'à 21 heures, en attendant que ça passe à 23 heures le 9 juin : les employés vont travailler en temps partiel. En revanche, eux et moi, nous n'auront plus le droit de toucher le chômage partiel. Il faut calculer tout ça par rapport aux salariés que l'on emploie, la masse salariale que l'on reprend."

10 à 15 % des professionnels ont du mal à recruter dans l'hôtellerie en Franche-Comté

Certains salariés ont déserté les entreprises, se sont réorientés, "ça veut dire qu'il va falloir former," ajoute Bernard Champreux. Selon le président de l'UMIH en Franche-Comté, cela représente une partie de la profession où il y a eu des changements de direction, soit 10  a 15% des établissement.

"L'UMIH travaille avec Pôle Emploi pour articuler de la formation, former du personnel saisonnier, c'est un travail que nous menons d'arrache-pied," conclue Bernard Champreux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess