Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Toutes pour elles : "Les femmes qui se mettent à leur compte ont souvent des entreprises plus pérennes"

mardi 29 janvier 2019 à 8:29 Par Pierre Coquelin, France Bleu Cotentin

Un concours est organisé dans le Cotentin pour promouvoir l'entrepreunariat féminin sur le territoire. "C'est difficile car la plupart de nos partenaires financiers sont des hommes", a confié la trésorière de l'assocation Toutes pour elles, Sandrine Poupio, invitée de France Bleu Cotentin

Sandrine Poupio (à gauche), trésorière de Toutes pour elles, qui compte une cinquantaine de membres dans le Cotentin
Sandrine Poupio (à gauche), trésorière de Toutes pour elles, qui compte une cinquantaine de membres dans le Cotentin © Radio France - Pierre Coquelin

Manche, France

Un concours et un forum pour promouvoir l'entrepreneuriat féminin dans le Cotentin  C'est la quatrième édition du concours 100% féminin "Toutes pour elles". Vous avez jusqu'au 24 février pour candidater. Les prix seront remis lors du forum le 5 mars prochain à Cherbourg.  L'occasion de s'interroger sur la place des femmes dans les entreprises. Sandrine Poupio, trésorière de l'association Toutes pour elles, était l'invitée de France Bleu Cotentin ce mardi. 

Un concours unique en France et un forum pour soutenir et valoriser les femmes entrepreneures. C'est encore compliqué pour une femme de lancer son entreprise ?  Il y a encore du machisme ?

Oui, on a beaucoup de petites anecdotes à raconter. C'est difficile car la plupart de nos partenaires financiers sont des hommes. J'ai le souvenir d'une candidate au concours devant le jury qui disait qu'un banquier lui avait dit : "Vous avez moins de 25 ans, sans enfant ? Non, ça ne va pas le faire". Pour moi, à titre personnel, ça n'a pas été si compliqué que ça. Les premiers freins, c'est plutôt nous qui nous les mettons. La difficulté, c'est que le banquier est un homme, le comptable est un homme. On est dans un univers masculin. Ce qui est difficile, c'est qu'on est souvent tout seul. 

Y-a-t-il une peur de l'échec, un manque de confiance en soi ? 

Souvent, on me demande où est le patron. Je réponds, il n'y en a pas. 

40% des entrepreneurs sont des femmes. Souvent des petites entreprises (deux salariés en moyenne). La moitié dans des services. On est des bons élèves dans la Manche et dans le Cotentin ? 

Les femmes qui se mettent à leur compte ont souvent des entreprises plus pérennes. Elles ont moins de chance d'aller au casse-pipe qu'un homme. Elles mettent plus de temps, réfléchissent plus, travaillent plus leur dossier. Il y a moins de dépôts de bilans chez les femmes que chez les hommes. Depuis qu'on a créé l'association, il y a énormément de femmes dans le Cotentin qui ont des projets. C'est vrai qu'il y en beaucoup dans les services, la communication. 

Vous êtes trésorière de l’association Toutes pour elles. Votre devise, c'est un peu l'union fait la force. Vous avez créé un système de marrainage, pour que les entreprises s'entraident. Un speed meeting a lieu d'ailleurs le 5 février au nouveau café du port à Cherbourg. ça marche comment ?

On est une cinquantaine de membres. ça fait quatre ans qu'on est sur place. On aimerait consolider les liens avec certains membres pour un partage de savoir faire, de compétences, avec d'autres jeunes membres. C'est juste quelques conseils, soutiens, adresses parfois.