Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Travail au noir, petits travaux : Vous déclarez ?

lundi 2 mars 2015 à 19:11 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel

Le travail au noir, le travail gris (partiellement déclaré) coûterait entre 8 et 16 milliards d'euros à l'économie française selon les projections de l'Urssaf. Et vous, vous déclarez tous vos petits (ou grands) travaux ?

Campagne nationale contre le travail au noir
Campagne nationale contre le travail au noir

Selon les éléments de l'URSSAF, qui se  charge de collecter les cotisations sociales, l'an dernier en Bretagne, il y a eu près de 2500 contrôles et 306 opérations ciblées de lutte contre le travail illégal. Cela a donné lieu à 9 millions d'euros redressés et 25 % des dossiers concernaient le BTP. Au plan national, le travail illégal coûterait entre 8 et 16 milliars à l'economie francaise. Autre estimation : 7% des entreprises frauderaient la sécurité sociale.

DOSS travail noir PAP

Des secteurs plus touchés que d'autres ?

Le BTP, l'hôtellerie, la restauration... Mais aussi les prestations, comme la sécurité, et puis un secteur en plein développement, le secteur de l'emploi et du service à domicile. D'ailleurs récemment, plusieurs entreprises ont lancé une campagne "le travail au noir c'est ringard" .. selon  une de leurs études, 54 % des gardes d'enfants sont faites au noir. Près de 40 % dans l'accompagnement des seniors !

DOSS travail au noir 6h48

Le travail au noir : plus un sujet tabou ?

Selon une enquête, un français sur trois déclarent avoir au moins une fois payé quelqu'un au noir. C'est le cas de cet artisan carreleur que nous avons rencontré dans le cadre de ce sujet. Il avoue aujourd'hui "arrondir ses fins de mois" avec des travaux au noir, surtout le week-end.

DOSS travail au noir ENRO