Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Travail illégal à Bollène : le président de la communauté de communes est furieux et condamne le moins-disant

jeudi 19 juillet 2018 à 6:13 Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

Le président de la communauté de communes Rhône - Lez - Provence signalera à la justice les entreprises qui pratiquent du travail illégal. La CAPEB 84 demande aux donneurs d'ordre d'être vigilants. Trois Roumains et un Bulgare non déclarés ont été surpris sur un chantier de peinture à Bollène.

Le code du travail (illustration)
Le code du travail (illustration) © Radio France - Philippe Paupert

Bollène, France

Le président de la communauté de communes Rhône-Lez-Provence est furieux. Trois Roumains et un Bulgare non déclarés ont été surpris par la police municipale le 14 juillet sur un chantier de peinture à l'école Alexandre Blanc de Bollène. Leur employeur a reconnu le travail illégal. Le président de la communauté de communes recevra jeudi l'entrepreneur en fraude pour lui signifier sa mise à l'écart du chantier.  Anthony Zilio a le sentiment "d'avoir été dupé. 

C'est aussi une alerte pour les entrepreneurs, car on ne travaille pas comme ça. "Pour les entreprises qui payent des impôts et des taxes, c'est une concurrence déloyale!" Anthony Zilio met en garde les entreprises : il signalera à la justice les entreprises qui pratiquent du travail illégal. Le dossier est suivi par le parquet de Carpentras. 

La Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment de Vaucluse envisage de se porter partie civile et demande des sanctions : "il faut donner l'exemple car si la pénalité est minime, l'entreprise recommencera car elle gagne tellement d'argent avec le travail illégal. Il faut que les entreprises sachent qu'elles prennent de gros risques" assène Jean Sanchez, le président de la CAPEB 84

"Le moins-disant n'est pas la meilleure solution. C'est une concurrence déloyale." Anthony Zilio

Le président de la CAPEB 84 n'est pas surpris de la découverte d'employés illégaux sur un chantier de peinture le 14 juillet à Bollene. Jean Sanchez explique que "depuis des décennies, on dit aux donneurs d'ordre d'arrêter de prendre les moins-disants. On sait pertinemment que les entreprises qui soumissionnent à des prix anormalement bas emploient de la main d'oeuvre illégale. Il faut que les donneurs d'ordre soient vigilants pour que les entreprises locales puissent répondre à des prix convenables".  

Jean Sanchez (CAPEB 84) demande aux donneurs d'ordre d'être vigilants

A la communauté de communes Rhône-Lez-Provence Anthony Zilio explique qu'il a "conscience que le moins -disant n'est pas la meilleure solution. Je mets 60% pour la technique et 40% pour le prix dans les marchés publics. Le moins disant, c'est la course à celui qui fera toujours moins. On ne joue pas avec l'argent du contribuable. Il n'y a pas de passe-droit, on ne contourne pas la loi quand on travaille sur le territoire français" assure le président de la communauté de commune Rhône-Lez-Provence. 

Anthony Zilio s'indigne de la concurrence déloyale des devis moins-disants

Quelque 6.000 entreprises de bâtiment et travaux publics sont recensées en Vaucluse.