Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Travailleurs handicapés: "Ce sera gagné quand on passera inaperçus dans les entreprises"

vendredi 24 novembre 2017 à 6:04 Par Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu

Alors que les chiffres du chômage du mois d'octobre sont publiés ce vendredi, un collectif d'associations se mobilise dans le Nord Franche Comté pour favoriser le travail des personnes handicapées. Des personnes touchées deux fois plus que les "valides" par le chômage.

Les travailleurs handicapés sont deux fois plus touchés par le chômage que les personnes valides
Les travailleurs handicapés sont deux fois plus touchés par le chômage que les personnes valides © Maxppp - Aurelien Laudy

Belfort, France

30 ans après la loi de 1987 qui impose aux entreprises d'embaucher au moins 6% de travailleurs handicapés, on est loin du compte dans les entreprises françaises. Le secteur privé atteint seulement 3% et le secteur public un peu plus de 5%. Le handicap est la deuxième cause de discrimination en France après l'origine. Le taux de chômage des personnes handicapées est de 19%, c'est à dire le double de l'ensemble de la population. Dans le Nord Franche Comté, un collectif d'associations se bat contre ces chiffres. Il s'appelle "le centre ressources handicap du Territoire de Belfort" et regroupe 8 associations concernées par les 5 types de handicap (moteur, mental, auditif, visuel, psychique).

Le parcours du combattant des familles

Myriam Jacquemin-Verguet en fait partie. Elle est la présidente de l'association Autisme 90. Sa fille est atteinte du syndrome d'Asperger, et elle l'avoue, lui trouver un travail est un peu un parcours du combattant: "Elle a terminé ses études il y a un an et demi. On a d'abord essayé des stages en entreprise en milieu ordinaire, mais dans son cas, comme souvent chez les autistes, il y a un problème de fatigabilité. Là on est donc en train de l'orienter vers un Esat et on va voir".

Le travail en Esat est adapté selon les handicaps

L'Esat est en effet souvent le recours des familles. C'est un établissement et service d'aide par le travail. Il y en a six dans le Nord Franche Comté. Ce sont des établissements médiaux-sociaux qui ont pour but l'insertion professionnelle des personnes handicapées justement. Le travail en Esat est adapté selon les handicaps des personnes, souvent en espaces verts, ménages, blanchisseries ou conditionnement pour la distribution par exemple.

L'entreprise Alstom, un exemple dans la région

Ces "Esat" proposent parfois aussi un accompagnement dans les entreprises. Un dispositif qui marche. L'Esat de Cravanches par exemple, qui s’occupe de personnes souffrant de handicaps psychiques, a développé un lien avec Alstom depuis 2006. Aujourd'hui 25 personnes de l'Esat travaillent comme prestataires chez Alstom Belfort et pour l'entreprise c'est un vrai plus comme l'explique Sylvie Rigaud, la DRH des sites de Belfort et d'Ornans: "Au delà de l'image pour Alstom, des ce sont des valeurs que l'on défend au sein du groupe. Nos salariés sont fortement sensibilisés. Pour eux ce sont des attitudes et des actions qui sont de l'ordre de la norme et qui participent au mieux vivre ensemble dans l'entreprise".

"Il faut aussi et surtout une volonté politique"

Pour que l'exemple d'Alstom soit généralisé, il faut, selon Nadia Layssal, de l'Adapei du Territoire de Belfort, informer. "La discrimination existe souvent à cause de la méconnaissance autour du handicap. Il faut aussi qu'on parle de compétences. Nous proposons aux entreprises des compétences. Il ne faut pas l'oublier". Les associations attendent aussi beaucoup de l'action politique. Des plans d'action ministériels doivent être lancés l'année prochaine. Des plans qui devraient concerner également la petite enfance pour favoriser l'inclusion des enfants handicapés en milieu scolaire ordinaire et pour les familles, c'est primordial. "_C'est aussi grâce à cela que petit à petit le regard de la société sur le handicap va change_r". Pour Nicolas Walger, chef de service au site Esat de Cravanches: " C'est gagné quand on ne nous détecte plus. Quand la personne fait partie des effectifs de l'entreprise, sans aucune distinction".

Le plus de l'info ce ce vendredi 24 novembre 2017